Navigation – Plan du site
Dossier

Vako-drazana, revue littéraire betsileo

Clarisse Rasoamampionona
p. 47-80

Texte intégral

1Depuis plus d’un siècle et demi, le malgache entre dans la grande famille des langues écrites. Dès 1823 en effet, les caractères latins sont agréés pour la transcription du malgache. L’essentiel des textes est en langue régionale merina (région d’Antananarivo), homologuée comme langue officielle. Les Malgaches ont, d’ailleurs considéré celle-ci, qui doit beaucoup au malgache biblique, comme la langue par excellence, les expressions orales des autres régions étant qualifiées de dialectes. Toutefois, un sursaut de sentiment national s’est manifesté vers les années 80, avec la volonté d’intégrer le dialectal dans la construction du malgache commun, en utilisant des vocables des tenim-paritra (langues régionales).

  • 1 Région située sur les Hautes Terres centrales malgaches, limitée au sud par le massif d’Andringitra (...)

2La plupart des chercheurs minimisaient l’apport des autres régions hors de l’Imerina du point de vue culture, car il fut un temps où les préoccupations portaient essentiellement sur des thèmes concernant les Malgaches en général. En vérité, les chercheurs amalgamaient dans leur raisonnement les Merina et les Malgaches. Plus tard, des efforts furent fournis par certains pour prouver que les régions constituent des sources culturelles spécifiques, originales, bien que souvent non écrites. Des natifs betsileo1 ont cherché à promouvoir l’expression orale betsileo en la couchant par écrit. Ainsi, le pasteur Rainihifina a été parmi les plus éminents à faire cette tentative dans les trois tomes de son principal ouvrage Lovantsaina (Héritage de l’esprit), réparti comme suit :

1 - Tantara betsileo (Histoire betsileo) ;
2 - Fomba betsileo (Coutumes betsileo) ;
3 - Literatiora betsileo (Littérature betsileo).

3Avant lui, le révérend père Dubois, dans sa Monographie du Betsileo (1938), a transcrit, lui aussi, des textes culturellement importants. La tentative va être reprise par Ratongavao et Rabenala qui, de janvier 1967 à février 1976, écrivirent et éditèrent une revue intitulée Vako-drazana. Cette revue permettra de dissiper l’ombre qui, naguère, couvrait le patrimoine betsileo et montrera les voies à suivre quant aux études ultérieures sur la langue et la culture de ce groupe. En effet, c’est une revue qui veut faire vivre et revivre la culture betsileo à travers des écrits comme les contes, histoires, kabary (discours ou joutes oratoires), poèmes et ohabolana (proverbes).

La revue Vako-drazana et ses auteurs

4La revue est une coproduction de Jean-Marie Ratongavao et de Toussaint Rabenala.

5Ratongavao (1908-1983) est né à Marovovotany (Talata Ampano, Fianarantsoa) et enterré dans la même localité, son village natal. Ayant poursuivi toutes ses études dans les écoles catholiques, il enseigna durant sa vie active au sein de ces établissements confessionnels. Il exerça à Anjanamalaza (Vohimarina-Lamosina), à Berangotra, à Andrainarivo (Ambalavao), à Andranovorivato et à Talata Ampano. À sa retraite, il ouvrit à Marovovotany une école privée à laquelle il donna un nom significatif : Soava dia (Bon voyage).

6Ratongavao, dès sa jeunesse, fut attiré par la littérature traditionnelle betsileo qu’il affectionnait et dont il pratiquait déjà l’art. Il devint rédacteur en chef du journal Fanilo (Flambeau) du père Job Rajaobelina, en même temps qu’il travaillait à Andranovorivato et à Talata Ampano. En 1967, il créa le journal Vako-drazana dont il fut le copropriétaire avec Rabenala.

7Le coauteur du journal-revue Vako-drazana, Rabenala, quant à lui, originaire d’Andranovorivato, vit le jour le 5 décembre 1937 à Ambalavao. Il fit ses études dans les écoles catholiques d’Andranovorivato de Fianarantsoa et d’Antananarivo. Il enseigna dans des établissements catholiques de 1959 à 1964. Ensuite, jusqu’en 1968, il devait s’occuper du journal Vako-drazana, dont il fut le rédacteur en chef. Il entra dans l’enseignement public, à la Direction provinciale de l’enseignement à Fianarantsoa.

8Rabenala est intéressé par l’histoire, et c’est cet amour de jeunesse, d’une part, et l’influence de la forte personnalité de Ratongavao, qui est à la fois son ami et son beau-père, d’autre part qui lui firent prendre la décision de consacrer une partie de sa jeunesse à l’élaboration du journal.

9Leur parfaite collaboration est sensible dans toute l’œuvre qu’ils ont entreprise ensemble. Rabenala stipule d’ailleurs que leur technique d’approche, pour toutes les catégories d’articles à publier, part du principe que toute information doit provenir d’une source sûre. C’est, effectivement, une des raisons qui poussèrent les coauteurs à entreprendre des enquêtes et des recherches sur le terrain même. Leurs terrains de recherches privilégiés se situent dans la zone de Vohibato et de Tsieniparihy, leur région d’origine, laquelle a fait l’objet d’une publication par les deux auteurs (Vako-drazana, 1969, p. 26).

Présentation de la revue2

  • 2 Tous les renseignements cités ici proviennent de Rabenala lui-même, qui habite toujours à Antsororo (...)

10Vako-drazana paraît pour la première fois en janvier 1967. La date du 13 janvier 1967, marquée sur la première page du premier numéro, est doublée de celle de sa sortie officielle du 6 février 1967, date de dépôt légal de celui-ci. La dernière parution est enregistrée sous dépôt légal en date du 9 février 1976. Elle accuse donc neuf années d’existence mouvementée.

11Durant cette période, 82 numéros ont été publiés, soit une revue en moyenne par mois. Mais ce rythme n’est pas très rigoureux pour diverses raisons que nous évoquerons plus loin. Citons par exemple la sortie du no 23, paru un mois et demi après le no 22 (no 22 sous dépôt légal en date du 30 septembre 1968, et le no 23 sous dépôt légal en date du 14 novembre 1968) ou encore les no 37 et 38 respectivement sous dépôt légal le 25 mars 1970 et le 24 juin 1970, soit deux mois d’écart dans la publication.

12On remarque aussi la régression des fréquences, durant la cinquième année de parution. En 1971, 7 numéros ont pu être publiés d’une façon très apériodique : 11 janvier, 26 février, 26 mars, 17 juin, 5 juillet, 3 septembre, 22 octobre et 29 février 1972.

13Du no 1 au no 14, la revue tirait à 500 exemplaires par numéro, mais ce tirage allait augmenter à 600 exemplaires par numéro jusqu’à la neuvième année.

14Toutes les revues sont sur papier duplicateur 21 x 27 cm, tirées en machine-ronéo, en recto-verso, et constituées de 20 pages de textes dactylographiés, à l’exception des no 66 au no 82, qui ne contiennent que 10 pages.

15La revue, mensuelle, coûtait 100 FMG, sauf le no 66 qui était à 50 FMG, et fut déclarée bihebdomadaire, fréquence qui n’a pas pu être respectée par la suite.

16Cependant, malgré la mauvaise impression des tirages, on ne peut que louer les efforts des auteurs qui adjoignirent quelques croquis aux textes afin de donner plus de prestance à la revue (no 39, 41, 68, 72,78, 81).

17L’édition du journal a présenté des difficultés qu’il convient de noter, vu les résultats considérables acquis sur le plan journalistique, mais surtout sur le plan littéraire.

18D’abord, l’atmosphère politique de l’époque était très tendue, et Vakodrazana était considéré comme une revue antigouvernementale, à cause de ses critiques à l’encontre des dirigeants au pouvoir. En outre, Ratongavao était membre du groupement politique d’opposition Tsimialonjafy. Cette situation se répercutait à la censure sur la présentation des revues à publier. Le service refusait la publication de certains articles jugés trop virulents. Depuis 1968, Rabenala, qui a intégré l’enseignement public, dut freiner les attaques politiques de peur de représailles. Plusieurs articles étaient d’ailleurs écrits sous des pseudonymes, tels que Tsimidretsa, Mamadikota... pour Ratongavao, et Beleheela, Sambany... pour Rabenala.

19Après les mouvements qui secouèrent la vie nationale en 1972, les ennuis politiques prirent fin, mais d’autres problèmes surgirent, notamment celui du matériel d’édition introuvable ou hors de prix. Ceci aboutit à la réduction des tirages d’abord, puis à la complète disparition du journal en 1976.

20En dehors des coauteurs et coproducteurs du journal, il n’est pas permis de passer sous silence les autres personnes qui, par leurs articles, ont contribué au devenir de cette revue betsileo et ont participé à renforcer la réelle présence de la revue comme œuvre de diffusion.

Essai d’analyse des genres littéraires

21Cette partie aura pour objet d’analyser les articles et textes littéraires qui foisonnent dans la revue. Les autres centres d’intérêt, qui sont tout aussi importants, comme l’histoire, seront pour le moment laissés de côté.

Les collections

22Le dépouillement de la revue met en relief, numéro par numéro, les articles et thèmes traités dans chaque revue. Cet « effeuillement » facilite le travail d’analyse, mais aussi permet de compulser facilement les pages. 82 numéros ont été inventoriés et répartis en catégories d’articles et genres ainsi que le langage utilisé. Les articles traités peuvent être répartis à leur tour selon plusieurs centres d’intérêt :

  • rubrique journalistique : un magma d’articles variés qui mélangent la publicité, les faits divers, les commentaires sur les affaires politiques, les recettes de cuisine, en passant par les études de textes bibliques et les conseils prodigués par le ray aman-dreny (père et mère) Ratongavao ;

  • rubrique historique : articles se rapportant à l’histoire du pays ou du peuple betsileo, études des noms de localités betsileo, histoire des rois et reines merina, tels Andrianampoinimerina, Radama ou Ranavalona ;

  • et rubrique littéraire : articles et textes relatifs à la littérature sont des poèmes et proses, et présentent des aspects littéraires typiquement betsileo (isa, kianakisa, kabary...). C’est cette dernière catégorie qui nous intéresse particulièrement. Son analyse nous permet de mieux cerner la littérature betsileo.

23La répartition en catégories nous précise la langue utilisée dans les divers articles proposés au lecteur (parler merina dit officiel ou dialecte betsileo), dans la proportion de 337 articles en malgache officiel contre 162 en langue betsileo. Mais ces nombres avancés ne rendent pas compte de la proposition d’utilisation du parler utilisé, vu la brièveté de certains articles écrits en langue officielle, alors que les textes écrits en dialecte betsileo sont pour la plupart assez longs (3, 4 voire 5 pages pour certains).

24Il apparaît que l’option des auteurs voulant utiliser la revue Vakodrazana comme source de documentation littéraire est respectée.

Nomenclature

25Pour mieux comprendre l’analyse des genres littéraires contenus dans Vako-drazana, une classification s’avère nécessaire.

26Ranaivozanany, dans la revue Ny elan’ny Nosy (Les temps reculés de l’Île, 1958), faisait une énumération des genres connus, ainsi que Rainihifina dans Lovantsaina (tome III), et Dubois, qui a défini plusieurs genres littéraires dans son ouvrage Monographie du Betsileo. Mais aucune de ces énumérations ne détermine clairement la classe d’appartenance de chaque genre, étant donné que les auteurs se contentent soit de faire une analogie avec les genres littéraires malgaches ou universels (Ranaivozanany), soit d’établir une énumération qui n’est pas un classement à proprement parler (Dubois).

27La classification faite par Andrianarahinjaka (1986), la plus récente, nous paraît plus rationnelle et plus claire, car elle part du principe que les genres spécifiques au Betsileo doivent être classés en tant que genres spécifiques du Betsileo, que le peuple betsileo lui-même peut reconnaître et identifier objectivement, et non pas à classer à partir du malgache officiel ou de la littérature malgache en général. Cette identification reconnaît les principes mêmes qui permettent le classement :

  • les modalités vocales qui se divisent en deux catégories : chantés (exemple : isa), non chantés (rythmés, déclamés, non déclamés) ;

  • les données du contexte qui, suivant les convenances et usages, permettent aux usagers et auditeurs de reconnaître les genres qu’ils écoutent et auxquels ils s’attendent : rituel (utilisé dans un contexte précis), non rituel (sans contexte bien défini) ;

  • le comportement fonctionnel de chaque genre : genres auxiliaires, c’est-à-dire qui ne peuvent s’employer isolément, mais doivent être intégrés dans une composition donnée ; genres majeurs, dont les « productions »se suffisent à elles-mêmes, mais qui, selon le cas, peuvent aussi intégrer des éléments de genres intermédiaires et genres auxiliaires ; genres intermédiaires, qui peuvent constituer en eux-mêmes des oeuvres autonomes, ou intégrer des oeuvres de productions auxiliaires, ou s’intégrer eux-mêmes dans des genres de productions majeures.

28Nous reproduisons ici le tableau sur la classification des genres (voir page suivante).

29Ce tableau nous montre les trois genres cités plus haut, avec les productions passibles d’être rencontrées pour chaque genre. Il englobe tous les genres chantés dans le terme très général isa.

30Andrianarahinjaka explicite le mot isa en le mettant en équivalence avec le mot hira (chant) du malgache classique. Les tonon’isa sont donc des « paroles de chant ». Mais le mot isa n’est pas seulement « chant », mais aussi « jeu », car il n’est pas impossible que le chant isa soit considéré comme jeu isa, donc jeux chantés.

31La classification des genres isa n’est pas aussi stricte qu’on pourrait le croire, car, d’une part, les divers genres s’interpénètrent, et d’autre part, l’influence de la vie moderne entraîne un relâchement progressif des principes d’exécution des divers genres.

Classification des genres

Classification des genres

32Néanmoins, la classification donnée par Andrianarahinjaka (1986 : 222), pour incomplète et provisoire qu’elle soit, reste un point d’attache pour l’étude des isa.

Essai d’analyse

33Le tableau de genre reproduit plus haut amène tout de suite à délimiter deux genres bien distincts : les genres isa, chantés et les genres non isa, non chantés.

Les isa, genres chantés

34Le dépouillement de la revue Vako-drazana a permis de répertorier les genres contenus dans la grande famille des isa. Les auteurs ont appelé chaque texte rencontré par son nom de genre, ce qui a facilité leur classification et leur analyse.

Kianakisa

35Les kianakisa constituent une sous-catégorie des isa. Ils sont exécutés par des enfants.Trois genres sont relevés par Andrianarahinjaka :

  • le fitataovola, qui se présente sous forme de dialogue ;

  • le kitaridaolao, qui correspond aux rondes enfantines, mais chanté par les jeunes filles ;

  • et le kitolé, genre rythmé avec modulations de la voix ; les paroles proviennent d’une improvisation. Il s’exécute entre deux « adversaires ».

36Vako-drazana nous fournit trois textes de kianakisa : Endre ô ! (n ° 3, p. 16), Ho aia ! (no°13, p. 4) et Ikalamainty (no 23, p. 7).

37Apparemment, les deux premiers exemples appartiennent au genre fitataovola puisque des enfants s’adressent à leur père ou à leur mère (respect de la forme dialogique) avec des mots simples. Exemple :

Endre ô ! (Ô mère ?)
Ina ra ? (Qu’y a t-il donc ?)

ou :

Anareo aba ho aia ? (Père, où allez-vous donc ?)

38Les textes évoqués sont rythmés, sans aucune rime, et pourtant, on sent l’inexorabilité de la modulation. Prenons le premier chant :

Endre ô ! Endre (Ô mère !)
Ina e ra (Qu’y a t-il ?)
Teraka i Fara (Fara a accouché)
Ia ro nilaza (Qui l’a dit ?)

39Le troisième texte, reporté en annexe, intitulé Ikalamainty, pourrait être un kitaridaolao, car le thème se rapporte plutôt à des jeunes filles :

Hono Rakalamainty
Aho ve andevon-drika
Ro ampanototoan-drika vare
Ampatsakain-drika ran

Dis donc, Rakalamainty
Suis-je donc ton esclave
Pour piler ton riz
Et aller puiser ton eau

40Tous les textes ont des sens imprévisibles dès le premier abord. Très vite, pourtant, le sens caché des jeux de mots se perçoit, car chaque kianakisa, comme tout isa, est un jeu de mots ou d’expressions.

41Les kianakisa ont une vocation éducative et pédagogique bien précise, mais le but escompté dépend de chaque sujet traité. Dans Ho aia ?, à la 7e ligne, une remarque anodine nous frappe : « Ratsara aba ko vahiny »(Ratsara est un étranger, père). Associé aux deux vers précédents :

Itondray ana-boatavo
Hatoraka an’i Lihimena

Rapporte-moi de petits cailloux
Que je jetterai sur Lihimena

42L’ensemble sous-entend : « Lançons des pierres à Lihimena qui appartient à Ratsara, l’étranger ».

43Ces textes nous montrent aussi qu’un vers ou plusieurs vers qui, apparemment, n’ont aucun lien avec les phrases précédentes peuvent être les « nœuds »des jeux de mots cités plus haut. À cet effet, toujours dans Ho aia ?, les vers 9-13 :

Jefotsy rangomena
Naterina an’Ilañanindro
Natao tokom-boamena
Voamena lañy haliña
Ny sikajy lañy sahiandro

  • 3 Voamena et sikajy : anciennes sommes valant respectivement la huitième et la vingt-quatrième partie (...)

Rabane à bordure rouge
Remis à Ilananindro
Pour être remplacé par des sous
Les voamena sont épuisés hier soir
Les sikajy le furent ce matin3

44peuvent vouloir dire que les richesses (voamena, sikajy) sont perdues, probablement à cause de l’étranger. La finalité serait de mettre en évidence la présence de l’étranger qui accapare toutes les richesses.

45Notons que ces textes sont cités par Dubois (1938 : 1415-1416), Andrianarahinjaka (1986 : 357) et par Rainihifina (1961 : 234, 239).

Ombeolahy

46Un seul texte d’ombeolahy est présenté par Vako-drazana. Andrianarahinjaka parle de l’ombeolahy comme d’un genre spécialisé à vocation structuro-littéraire. C’est un fampiononana comme le dit Rainihifina ou isa de condoléances. Il cite, d’ailleurs, le texte reproduit dans la revue comme texte de référence, « exécuté dans le dessein de consoler ceux qui sont frappés par le malheur ».

47L’ombeolahy, présenté en vers, sans rimes, peut-être exécuté en genre intermédiaire ou auxiliaire, car il sert de sasy (entrée en matière) à une manifestation littéraire. Mais il est facultatif dans les isa réservés aux veillées mortuaires (isam-piandravana).

  • 4 Voir doc. annexe : « Ombeolahy ».
  • 5 Anakandriana , « prince » ; andevohova, « conseiller du roi » (NDLR).

48Vako-drazana nous présente l’univers des chanteurs, en donnant des précisions sur leur attitude lors de l’exécution de l’ombeolahy4. En outre, des précisions sont apportées sur les catégories sociales au sein desquelles se pratique l’ombeolahy : lors des veillées pour l’anankandriana ou l’andevohova5. Ce qui expliquerait, en partie, la rareté des textes rencontrés aujourd’hui. En fait, l’ombeolahy est un isa en voie de disparition, sinon en voie d’intégration dans d’autres genres.

49Le texte Kisamosamon’ny adalo, le seul ombeolahy cité par la revue, est reproduit par Andrianarahinjaka (1986 : 376-377). La classification faite par ce dernier distingue, à part les « isa spécialisés à vocation littéraire » (ombeolahy), les « isa spécialisés à vocation rituelle »et les « isa non spécialisés à vocation rituelle », appelés isabe.

  • 6 Voir doc. annexe : « Tonon’isa ».

50Plusieurs tonon’isa (paroles de chants) publiés par Vako-drazana méritent d’être classés : Tonon’isa momba an-dRaone, Rakalamavo tany Ambodivariona et Ikalamavo (Tsiafakiniosa) peuvent être qualifiés de isa funèbres, donc à vocation rituelle ; Ry olo iroy miagn’aia ? et Andrazo andrazo6 sont des isabe, donc, classés dans les genres non spécialisés.

51Les isa spécialisés à vocation rituelle se répartissent en plusieurs catégories : balahazo, ndinaka, diamboko, manda rary. Le classement de certains textes de la revue qui fait apparaître les isa funèbres nous conduit à nous intéresser aux genres diamboko et manda.

Diamboko

52Le diamboko, véritable isa funèbre, chante la mort, en faisant état d’une complaisance assez particulière, car le chanteur se plaît à évoquer les dégâts causés par la mort et exprime, le cas échéant, son regret en ce qu’elle soit si peu prodige en cruauté. Ce genre est bâti suivant deux principes :

  • un motif événementiel initial (exemple : éboulement de tranchées comme dans Ikalamavo (Tsiafakiniosa), ou mort subite comme dans Raone...) ;

  • des thèses secondaires associées à l’identité des victimes, leur nombre, la présentation de leur mort…

53Le Tonon’isa momba an-dRaone, reporté aussi dans Andrianarahinjaka et dans Rainihifina (cités par Ranaivozanany 1958 : 246), est un récit de la mort du prince Raone lors d’une expédition guerrière. Rakalamavo tany Ambodivariona raconte la mort subite d’une jeune fille, ensevelie dans une tranchée. En fait, ce texte est un extrait d’un isa funèbre intitulé Tsiafakiniosa, à quelques variantes près (Rainihifina 1961 : 224-225). Ces deux textes sont construits sur des événements qui entraînent la mort dont la description constitue la majeure partie de chaque tonon’isa.

54L’exemple de Raone paraît un vrai diamboko. Pour ce qui est du motif de la mort, Raone est désigné à guerroyer en forêt. Il va en mourir. La mort, lors d’une expédition guerrière, est une éventualité à laquelle aucun soldat ne peut se soustraire. Le diamboko, ici, l’évoque comme un événement important, vu la nature de Raone, prince, célibataire, jeune, dont le retour est attendu vainement par sa mère :

Tsa manam-bady ko mirandrana
Mpitovo ko mamaha volo
Lehe tsy rene ko tsy handrandrana
Tsinomany ny Andriambave

Un célibataire qui se tresse les cheveux
Un homme sans épouse qui se dénoue les cheveux
Sa mère seule peut lui tresser les cheveux
La princesse pleura

55Ce phénomène de la mort, en temps de guerre, pour un soldat, devient symbolique de par la culture traditionnelle malgache qui se plie au destin. En effet, le fait de faire apparaître Ramanaoromalaka (« Celui-qui-crée-etqui-prend ») ainsi que Ramalakirahina (« Celui-qu’on-dépêche-rapidement »), dans le texte, a pour objectif de montrer que Raone a rencontré son destin dans la forêt. C’est le lahatsa (destin) qui a guidé ses pas vers la mort.

56La dernière partie de ce isa de Raone met en exergue le choix exprimé par ce dernier quant à son enterrement à Andoharanomaintso, dans la région d’Isandra :

Lehe mate endre aho
Fairo mivalana any Isandra

Si jamais je meurs, mère, emmène-moi
Vers l’aval d’Isandra

57Ce passage, rencontré dans plusieurs isa, semblerait être l’œuvre d’une certaine Ramainty, une mpisa (faiseur de isa) célèbre d’Andoharanomaintso (Andrianarahinjaka 1986 : 251). Plus tard, il est repris par tous les mpisa pour exprimer la volonté d’être enterré en terre natale (l’expression du retour à la source). Toutefois, cette reprise, dénote soit la volonté de s’attacher à une formule quasiment classique dans le cadre de la littérature betsileo, soit la carence de conception nouvelle.

58Dans l’interprétation des genres faite par Andrianarahinjaka, ce passage appartiendrait au genre dit manda. Cependant, il est difficile de se prononcer puisque aucun principe de délimitation n’a été établi par les auteurs qui en ont parlé (Ranaivoazanany, Andrianarahinjaka). Néanmoins, c’est le morceau formellement reconnu comme genre intermédiaire ou auxiliaire dépendant d’un isa funèbre que l’on désigne par manda.

59Il est à noter que Rakalamavo, de la catégorie du diamboko, isa funèbre cité ci-dessus, ne comporte pas de vers relatant le choix du lieu d’enterrement. Ce qui implique qu’un diamboko n’exige pas nécessairement la présence du genre auxiliaire manda (ibid.).

60La classification des isa distingue les isabe, des isa non spécialisés, avons-nous dit, dont les divers composants sont les kalamainty, les rija, les tse, les tsimaliva… Mais notons que la revue Vako-drazana a offert au lecteur un texte intitulé tout simplement Kalamainty.

Kalamainty

61Vako-drazana publie le texte isam-behivavy, le seul modèle du genre auquel on peut avoir accès. Andrianarahinjaka ibid.), pour sa part, l’a reporté comme exemple unique de kalamainty, et Ranaivozanany (1958 : 35) l’a déjà intégré dans son ouvrage auparavant.

62Ranaivozanany, comme Andrianarahinjaka, n’en donne aucune description particulière. La seule remarque avancée est que ce kalamainty fut identifié comme un rija. Par contre, Rabenala, le coauteur de Vakodrazana, le considère comme un genre utilisé pour débuter un isa. D’après lui, on se sert d’un kalamainty pour « éveiller »l’attention de l’auditoire. Toutefois, le kalamainty n’est pas chanté, mais déclamé.

  • 7 Voir doc. annexe : « Kalamainty ».

63Le kalamainty, isam-behivavy, parle des relations entre une jeune fille, qui s’appelle Kalamainty (« Celle-qui-a-la-peau-noire »), et un garçon fainéant7. Il serait intéressant de savoir si le choix du nom propre Kalamainty provient du genre exécuté ou du contenu du texte. L’étude d’approche de ce texte serait alors à faire comme s’il s’agissait d’un rija.

64Dans ce cas, il devient genre chanté.

Rija

65Le rija, genre isa, non spécialisé, donc sans caractère rituel (Andrianarahinjaka 1986 : 265), est chanté, de préférence par des jeunes gens, en groupe ou seul, et dont le thème tourne autour de l’amour et des joutes amoureuses.

66Vako-drazana a donné deux textes de Rija qui nous montrent les particularités de ce genre : Andrazo, andrazo (Attends, attends) et Kitrakitraka tsy ady Heurt sans être bataille). Rien que par ces titres, la souplesse du genre rija, lequel s’adapte à toutes les circonstances de jeux et peut traiter de thèmes divers suivant l’inspiration du compositeur ou du chanteur, se perçoit. Ceci peut amener à penser que le rija doit sa survie et sa force de présence actuelle à son pouvoir d’adaptation aux manifestations socio-littéraires de toutes sortes.

Les genres non isa, non chantés

67Le dépouillement du Vako-drazana a révélé plusieurs genres non isa : kipotsaka, kalita, kalambalala, fandiambolaña.

Kipotsaka

68Le kipotsaka, comme le kalita ou le kapolita sont des genres « peu sérieux »et relèvent de ce qu’Andrianarahinjaka appelle « littérature de la parole ».

69L’identification de ce qu’est un vrai kipotsaka pose un problème terminologique. En effet, la classification d’Andrianarahinjaka propose une nette différence des genres kipotsaka et kalita en spécifiant le kipotsaka selon sa structure formée de deux propositions (principale et subordonnée) présentées en verset non rimé. Le kalita, quant à lui, est également spécifié dans un verset, mais sa particularité réside dans la sonorité rimée à césures médianes et finales. De ce fait, les passages rapportés par Vako-drazana comme kipotsaka seraient des kalita pour la plupart. En voici un exemple : « Vary madio ako ro mahadongadonga, ko intelo homana anie ny kilonga Le riz propre rend dodu, les enfants mangent trois fois par jour).

70La définition du kipotsaka donnée par Rainihifina (1961 : 195) est plus acceptable quand il dit que les kipotsaka ou kilalaon-teny (jeux de mots) sont « des expressions à homophonie sans idée de base . Mais cette définition pourrait être également la définition d’un kalita.

71Néanmoins, l’analyse du kipotsaka se concevrait dans la formulation des idées contenues dans ce genre. Cet exemple tiré de Vako-drazana se rapproche de sa définition : « Tsilevo aho ko katrakatrak’orana. Hilatsaka an’atetin’i Manody, handem-bolo ny ombimanga, hanoza maso ny aomby haolo (Que n’étais-je des gouttes de pluie. Pour tomber sur les collines de Manody, pour mouiller la peau des bœufs sauvages, et faire changer de couleur les yeux des bœufs isolés). Mais le doute persiste. Sommes-nous vraiment en face d’un kipotsaka ? Il semblerait qu’il se rapproche plutôt du genre parlé kalambalala.

72Cet autre exemple de kipotsaka, selon la revue, pourrait mieux répondre à notre souci d’identification : « Raozimaria tsa mba ratsy fa anarana nataon’ny vazaha, ka ny aombe mahia tsa mba mate, lehe mba tohofana vodi-kajaha (Rosemarie n’est pas un mauvais nom, car c’est français, les boeufs maigres ne mourraient pas si on leur donnait des pousses de manioc). La phrase constitue une « unité vocale »qui frappe l’oreille, sans suite logique aucune dans la compréhension de la phrase. En se basant sur la définiton de Rainihifina, elle pourrait être un . Les idées insolites ou nettement facétieuses qu’elle véhicule sont à noter.

Kalita

73Le genre kalita, classé par Andrianarahinjaka comme genre auxiliaire tout comme le kipotsaka, se caractérise par sa structure formelle. Il est présenté sous forme versifiée à deux séquences associées rimées. Voici, pour illustrer, un des kalita les plus célèbres et qui est intégré dans plusieurs rija connus :

Lalan’ny Ihosy ro mamolakolaka
Apela te-ho roso ro mamolapolaka

La route d’Ihosy est sinueuse
L’épouse qui veut partir fait la difficile

74Cet exemple qui représente la forme nomenclaturelle du kalita a deux vers rimés dont l’unité de consonance se joue sur les césures médiane et finale comme suit :

Ihosy…. …. Manolakolaka
Roso …. …. Mamolapolaka

75La remarque générale que l’on puisse faire est que les kalita traités de « calembours »par Andrianarahinjaka (1986 : 234) se rapportent presque tous à des thèmes d’amour : relations amoureuses, réflexions sur des amours contrariées... Rabenala précise que seuls les jeunes gens exécutent des kalita et que c’est une honte pour les gens âges d’en faire.

Ohabolaña

76Vako-drazana donne une liste assez respectable d’ohabolaña proverbes). Outre les ohabolaña isolés, la revue offre aussi des recueils thématiques comme : Ohabolaña momba ny valala (Proverbes sur les sauterelles), Ohabolaña momba ny aombe (Proverbes sur les bœufs), Ohabolaña nalaina avy amin’ny vato (Proverbes tirés des roches).

77Si l’on répertorie les articles spécifiques à chaque genre relevé dans Vako-, le genre ohabolaña est le plus fourni. Ce qui nous conduit à dire que, d’une part, les auteurs de la revue connaissent bien ce genre et, d’autre part, qu’il constitue le genre oral betsileo le mieux connu et le plus utilisé. En fait, les ohabolaña appartiennent au domaine de l’expression orale courante.

78La présentation du ohabolaña en verset simple ou en forme plus élargie démontre et montre qu’il a un sens complet. Les parties constituant le verset ont, en effet, un sens intercomplémentaire, c’est-à-dire que la deuxième partie de la phrase explique la première partie qui sert habituellement de sujet. Exemple : « Aombe namin-kova lamba, mitoetsa leke tsa tamana » (Bœuf que le prince échange contre un morceau de tissu doit rester où il est contre son gré).

79La différence est facilement ressentie par rapport à un kalita ou un kipotsa, lesquels sont formulés également en verset, mais sans suite dans la conception des idées comme le montre ce kalita publié par la revue :

Akondro sambaika ro masaka an-dovia
Eko i Mongo mahalaitsa mba ho avy an’ovia?

(Le manioc coupé cuit est disposé sur l’assiette,
quand donc viendra Imongo qui me fait passer du bon temps ?)

80Quelquefois aussi, l’Ohabolaña se réduit à une forme d’expression la plus simple : « Manaova fizera mampasiaka aombe  (Frappe de manière à rendre furieux un bœuf). Le fait de frapper sous-entend la présence d’une personne qui réalise le geste, comme si on frappait un bœuf. Le rôle principal d’un ohabolaña est ressenti ici : il sert de temps d’exemple. D’ailleurs, le terme lui-même permet de préciser son rôle dans l’expression littéraire. C’est un mot composé de ohatsa (exemple) et de volana (parole), facilement utilisé par chacun au quotidien.

  • 8 Voir doc. annexe : « Ohabolaña ».

81L’ohabolaña pourtant appartient au domaine classique, car, comme genre auxiliaire, il est intégré dans les diverses productions littéraires et rituelles betsileo. A cet effet, Andrianarahinjaka parle de « formulation inactualisée », dont Vako-drazana donne des exemples dans les kabary (discours ou joutes oratoires) ou isa. Toutefois, les recueils ohabolaña présentés par la revue sont en dehors de tout contexte rituel ou littéraire8.

Fampariahitsa

82Vako-drazana ne cite que trois exemples de fampariahitsa. D’après Andrianarahinjaka (1986 : 339), ce genre est « une formulation d’idées qui essaient de toucher plus profondément le coeur des gens. En fait, il s’agit de forme « imagée » qui anime un seul sujet donné. Exemple : « Jà mba ampiana koa izay, fa tehaka tsa mirakaraka kidodo lake tsa midoboka »

83(N’en ajoutez plus, car ce sont des applaudissements, même s’ils ne font pas beaucoup de bruits, des kidodo même s’ils ne grondent pas). Au lieu de dire simplement « arrêtez », on joue sur les mots qui font sentir la subtilité des idées que l’on veut exprimer.

84En outre, la forme du fampariahitsa, pour assez courte qu’elle soit, — Andrianarahinjaka l’appelle « modèle uni séquentiel à base vers » — permet un développement logique de la pensée. Il peut donc être comparé à un autre genre, le kalita , par exemple, car il est une formulation d’idées, alors que le kalita est une formulation de sons.

85Sa forme de base en vers prend l’aspect d’une phrase instituée en couple distique, mais limitée quantitativement : « Sokonane hoe izay fitea nitanila fa lehe nahari-tena ko nanala aina » (Heureusement que c’était un amour qui penchait de côté, car s’il avait réussi à se tenir debout, il aurait enlevé la vie).

86C’est un genre non auxiliaire puisque sur le plan nomenclaturel, le fampariahitsa peut s’énoncer sans contexte bien défini, lors d’une simple conversation, tout en gardant sa valeur initiale.

Kalambalala

  • 9 Voir doc. annexe : « Kalambalala ».

87Le kalambalala dans sa forme structurelle est très proche du fampariahitsa (Andrianarahinjaka 1986 : 339), bien qu’il soit, en général, d’une étendue plus grande que celui-ci. En prenant comme exemple Songom-bary añivo farihy... (Ce qui pousse au milieu de la rizière…), tiré de Vako-drazana9 , l’on voit qu’il est constitué de deux paragraphes de plusieurs lignes chacun, mais sa construction ne varie guère de celle d’un fampariahitsa . Il évoque la souffrance d’un enfant unique. Ainsi, la pensée logique de ce kalambalala insiste sur le côté négatif d’une telle situation, comme le montre cet extrait :

Ny miaraka telo misy ho añ’ivo, ny miaraka roa misy ho aloha fa ny miaraka irery tsa mba mana-namana mienga tapitsa añ’andrin-driña, ko miditsa tapitsa añ’andrano; voke tsa mana-kotolorana komahare tsa misy mañotane

Être à trois, c’est pour qu’il y ait un au milieu, être à deux, c’est pour que l’un soit devant, mais être seul, c’est ne pas avoir d’amis. Quand il sort, il n’y a que lui, quand il rentre, il l’est aussi. Quand il est rassasié, il n’a personne à qui donner ce qui reste. S’il est au courant de quelque chose, personne ne lui pose de questions.

88En se référant aux passages tirés de Vako-drazana, on en arrive à stipuler que la forme de base du kalambalala n’est pas rigoureuse : seule la formulation de plusieurs idées pour en expliciter une seule reste obligatoire.

89Andrianarahinjaka le classe dans le genre intermédiaire, car il peut être intégré dans une production majeure ou intermédiaire.

Fandiambolaña

90Le terme fandiambolaña est composé de fandia (rad. dia, « marcher sur ») et de volaña (parole). De là, les auteurs, dont Andrianarahinjaka, s’inspire pour la définition de ce genre, adoptent une attitude conséquente et concluent qu’il s’agit de « réplique » qui sert à « piétiner » quelqu’un. Andrianarahinjaka met le fandiambolana en relation avec volamandiadia, un autre genre de même catégorie, qui a presque le même sens, mais qui est utilisé de façon péjorative.

91En fait, le fandiambolana, genre non auxiliaire à formulation prosodique, représente une littérature d’idées et non de sonorité.

92À l’encontre d’un kalita ou d’un kipotsaka qui pourraient présenter la même formulation, le fandiambolana est un genre qui sert à faire sentir aux auditeurs une observation verbale, ce qui pourrait être, en fait, une façon élégante de se disputer.

93Rabenala considère que ce genre, exécuté lors des circonstances joyeuses ou malheureuses, est fait pour susciter du plaisir à l’auditoire, qui, d’une façon ou d’une autre, montre son approbation par des rires ou, au contraire, par la colère.

94Vako-drazana cite trois recueils de fandiambolana dont nous en choisirons un pour analyser ce genre assez spécial : « Fandiambolaña betsileo fanao amin’ny lañonana na hafa  Fandiambolaña betsileo à pratiquer lors des festivités ou autres).

  • 10 Voir doc. annexe : « Fandiambolaña ».

95Ce texte est exécuté lors de la venue d’un vazaha (ici, chef et non Blanc), et l’on voit clairement qu’il actualise le contexte social et y apporte des précisions. La suite du propos est une suite de phrases qu’on peut dénommer sasy ou entrée en matière, suivant la classification d’Andrianarahinjaka. En effet, l’on assiste à une autoprésentation de l’orateur, qui paraît « assez sûr de lui »si l’on se réfère aux termes qu’il utilise10 :

Lake hitototsa ny toloho ka naneno ny kakafo-dahy, orokoroho ny sofina fa hihaino eko, alao ny mote fa hizaha raha, fa mpañarakandro ro hitaroña, eko kilonga ro hilaza azy.

Même si le toloho se cache et que le kakafotra mâle chante, curez vos oreilles pour écouter, lavez vos yeux pour voir, car un gardien de bœuf va prendre la parole, et un enfant va parler.

96Il s’agit d’une manière de se présenter qui se veut être sûr de soi, mais où transparaît l’angoisse de ne pas pouvoir bien faire (gardien de bœufs, un enfant). C’est pourquoi, plus bas, le fandiambolana précise : «  Fa nge ifandiadiana sy tonga eko ifanitsakitsahana sy avy » (Pour que l’on ne puisse après se « piétiner »et « se marcher sur les pieds »).

97Par la suite, comme la plupart des genres oratoires, le fandiambolana introduit des genres auxiliaires, des ohabolana , mais surtout des kalita et des kipotsaka. Cela suppose que le fandiambolana est exécuté plus couramment par des jeunes gens qui s’initient aux joutes oratoires plutôt que par les grandes personnes qui, d’après Rabenala, préfèrent utiliser les genres plus sérieux comme les ohabolana.

Fampatoñona

98Ce genre est identifié en malgache officiel comme ankamantatra (devinette). Rabenala en parle comme d’une forme éducative très ancienne, de la même époque que les angano (contes). Mais il est à la fois un divertissement social encore très répandu de nos jours, puisque l’auditoire est invité à participer à l’échange intellectuel dont il fait l’objet. Ce qui n’est pas le cas de certaines productions littéraires et rituelles au cours desquelles le rôle du public se limite à celui de récepteur passif.

99Aucune forme structurelle précise n’est exigée. Toutefois, au point de vue sémantique, la question, explicite ou non, est contenue dans une phrase descriptive. Exemple : «  Boribory izy sady lavalava no fisapisaka, loaka fa tsy trobaka. Valiny : saoka » (Il est rond et long et aplati, creux sans être troué. Réponse : louche).

100Vako-drazana présente de nombreux fampatoñona à formulation thématique traditionnelle, mais aussi résolument moderne (Andrianarahinjaka 1986 : 272-273).

Kabary

101Appartenant aux genres non isa, le kabary (discours, joute oratoire) doit être analysé en fonction de sa situation structuro-littéraire et rituelle. En outre, il faut également tenir compte du rôle qu’il remplit en tant que genre majeur qui intègre plusieurs genres associés. Genre non chanté, mais déclamé, le kabary est rituel et se prononce dans des contextes sociaux précis, où il s’épanouit comme expression valorisant le contexte donné, l’événement ou le moment de son exécution.

102Le genre kabary explicité par Andrianarahinjaka, défini en forme littéraire, se déploie sous différentes thématiques. En effet, les divers exemples cités dans Vako-drazana en font état : kabary am-pandevenana, kabary fanoronam-bary, kabary tokim-ponenana...

103Le fait qu’un orateur prenne la parole et que son interlocuteur lui réponde représente une des caractéristiques du kabary : le demandeur expose les demandes, son interlocuteur reprend point par point pour répondre.

104Le kabary est ouvert par le genre sasy ou sasin-teny (préambule). Dans son kabary, le locuteur utilise des genres auxiliaires comme les ohabolana : «  Tsa malaky tomboka tompon’ny dia, tsa malaky vava tompon’ny taroña » (je ne suis pas un bon marcheur, propriétaire de la marche, ni un grand orateur, propriétaire de la parole).

105L’utilisation de genre adjuvant est présente du début jusqu’à la fin de l’échange oratoire. L’on y rencontre des kalambalala et d’autres productions intermédiaires ou auxiliaires. Un autre genre intermédiaire cependant mérite d’être souligné, le ohatsa (exemple), genre le plus souvent introduit dans les kabary   : «  Tsa akoholahy vositsa, tsa angady mainty, tsa aondrilahy be hofaka, fa ny somy ro hamiriña » (Ce n’est ni un chapon, ni une belle bêche, ni un mouton bien gras, mais des lèvres pour porter la parole). Le ohatsa sert à appuyer le kabary, car «  un orateur qui ne raconte pas d’ohatsa, c’est comme si on consommait de la patate douce » (Andrianarahinjaka 1986 : 287).

106En résumé, le kabary, genre à structure dialogique, reste une des formes traditionnelles les plus respectées, même si des considérations de modernisation des productions font évoluer les divers genres betsileo.

Poezia

10735 poèmes sont relevés dans le Vako-drazana, dont un petit nombre écrit en malgache officiel. Rabenala est le principal auteur de ces poèmes : il les signe sous le nom de Beleheela.

    

108La revue Vako-drazana contribue sans conteste à la préservation de la culture betsileo, à une époque où la vie moderne empiète de plus en plus sur la tradition. Son ambition, en outre, est d’être une source de documentation littéraire. Le résultat dépasse les espérances de ses auteurs. D’autre part, l’approche des genres littéraires qui constituent des éléments spécifiques de la littérature traditionnelle betsileo ouvre de larges horizons d’études et de réflexions.

109La littérature est l’expression des sentiments de toute société humaine. La personnalité betsileo, comme pour toute société, s’exprime par la présence d’une tradition, d’autant que le Betsileo est une région à essence traditionnelle. Les problèmes inhérents à l’étude d’une forme littéraire sont loin d’être négligeables, car l’approche du phénomène littéraire oral doit, pour passer à l’écrit, obéir à une systématisation et une classification rationnelle qui permettent d’orienter et de faciliter les recherches et analyses ultérieures. Cependant, cette méthode pourrait mettre en cause la valeur « purement traditionnelle »du phénomène.

110En outre, l’étendue de la littérature orale betsileo se trouve limitée dans sa transcription écrite par des données matérielles (problèmes de pagination, longueur des productions littéraires orales...).

111Tous ces problèmes ont été surmontés par Vako-drazana dans la mesure où la revue remplit son rôle de diffusion tout en respectant la valeur de chaque forme expressive orale.

112Cette étude s’est beaucoup inspirée de la classification effectuée par Andrianarahinjaka, choix qui s’explique par le fait que les principaux auteurs betsileo, pour la plupart, se contentent de citer les genres connus. Cela pourrait paraître subjectif, certes, mais le souci de travailler à partir d’une classification rationnelle s’est imposé. Il est d’ailleurs à noter l’aspect assez mouvant des entités littéraires et leur répartition qui varie suivant les sources et les régions dans tous les numéros de la revue Vako-drazana et dans les ouvrages de référence. Quant à l’analyse proprement dite, il ne faut y voir aucune prétention novatrice, mais plutôt la volonté de confirmer, selon des données nouvelles, l’existence et la persistance des genres littéraires traditionnels betsileo. D’autre part, l’extrême richesse de la revue, du point de vue littéraire, oblige à faire un tri dans les textes et articles commentés, reportés en annexes.

113Vako-drazana, véritable œuvre littéraire, n’est pas seulement une contribution à l’enrichissement du patrimoine betsileo mais encore à celui de la culture malgache en général. En effet, la vivacité de la tradition dans les régions assure la pérennité de la tradition malgache, laquelle s’enracine dans la synthèse culturelle transrégionale. Ainsi, Vako-drazana , par essence, est une revue à portée nationale dont l’importance est d’autant plus considérable, vu la rareté des œuvres littéraires écrites betsileo. Elle assure, de ce fait, la survie des traditions littéraires de cette région, et contribue également à la résolution du problème de plus en plus crucial de la tradition confrontée à la « nouvelle » culture malgache d’inspiration de plus en plus moderne.

Haut de page

Bibliographie

Andrianarahinjaka, L. X. M., 1971, Isa betsileo, Antananarivo, Département de langue et littérature malgaches, Université de Madagascar.

Andrianarahinjak, 1986, Le système littéraire betsileo, Fianarantsoa, Ambozontany.

Dubois, H., 1938, Monographie du Betsileo, Paris, Institut d’ethnologie.

Rahajarizafy, R.P., 1968, Ny kabary, Fianarantsoa, Ambozontany.

Raharinjanahary, S., & Rasamoelina, H. (éds.), 2006, Raki-pikarohana. Études offertes en hommage et à la mémoire du professeur Lucien Xavier Michel Andrianarahinjaka, Faculté des lettres et sciences humaines, Université d’Antananarivo et Université de Fianarantsoa.

Rainihifina, J., 1961, Lovantsaina, tome 3, Fianarantsoa, Impr. catholique.

Rajaona, S., 1963, « Aspects de la psychologie malgache vus à travers certains traits de “kabary” et quelques faits de la langue », Annales malgaches, Lettres, p. 23-38.

Ranaivozanany, J., 1965, Ny elan’ny Nosy, 2 tomes, Ambositra, Impr. Fandrosoana.

Rasoamampionona, C., 2004, Les mpitantara locaux dans le sud betsileo, Madagascar. Approche ethnographique de la philosophie et de la pratique des gardiens de la tradition, Thèse de doctorat.

Haut de page

Annexe

Documents annexes : textes choisis

Kianakisa

Iny hariva maty masoandro iny no ahitana ny ankizy mifaly havanja ka mihira hoe :
Endre ô !
— Ino e ra ?
Teraka i Fara
— Ia ro nilaza?
ke Ingahy Raoto
Raoto farango
Farangan’akoho
Vonoy i Mainty
Hihinanako ny atiny
Voky aho izay.
Atsipy ny taolany
Ambavan’amboa
Velaro ny tsihy
Handreako aho irery.

Le soir au coucher du soleil, les enfants s’amusent et chantent ainsi :
O ! Mère !
— Qu’y a-t-il ?
Fara a accouché
— Qui l’a dit ?
C’est Monsieur Raoto
Raoto l’ergot
Ergot de poulet
Tuez la poule Noire
Pour que je puisse manger le foie
Et je serai rassasié(e).
Ses os seront lancés
Dans la bouche du chien
Etendez la natte
Pour que j’y dorme seul(e)
Vako-drazana , no 3, p. 16.

Añareo aba ho aia?
Añay aba ho eto
Itondray ana-boatavo
Hatoraka an’i Lihimena
Lihimena ny an’ia?
Lihimena an-dRatsara
Ratsara aba ko vahiny
Vahiny tsa mihinan-tsisa
Jefotsy rangomena
Naterina an’Ilañanindro
Natao tokom-boamena
Voamena lañy haliña
Ny sikajy lañy sahiandro.

Où allez-vous donc, père ?
Nous venons ici
Rapporte-moi de petits cailloux
Que je puisse les jeter sur Lihimena
Lihimena, à qui appartient-il ?
Lihimena appartient à Ratsara
Ratsara, père, est un étranger
Un étranger qui ne mange pas les restes
Rabane à bordure rouge
Apporté à Ilañanindro
Pour être remplacé par des voamena
Les voamena furent épuisés hier soir
Les sikajy le furent ce matin.
Vako-drazana, no 13, p. 4.

Hono Rakalamainty
Aho ve andevon-drika vare
Ampatsakain-drika rano?
Aho izay dia roso
Roso añy morika añy
Hanao lalam-bivy
Ny vivy maty vady
Ny gisa maty rahalahy
Ny voay maty raibe
Ny hitsikitsika mpizeny
Ny vorona mivoadity
Ny toñon-tsakon-drampandalo ê
Nohanin-dramparakandro

Dis donc Rakalamainty
Suis-je ton esclave
Pour aller puiser ton eau ?
Me voilà parti(e)
Au bord de l’eau
Sur la route des sarcelles
La sarcelle est veuve
L’oie perd son frère
Le crocodile perd son grand-père
Les hirondelles planent en dansant
Les oiseaux font le beau
Les maïs grillés de l’étranger
Sont mangés par les bouviers
Vako-drazana , no 23, p. 27.

Ombeolahy

Ny Ombeolahy dia tonon’isa fanaon’ny Ntaolo rehefa miandravana (miandry faty amin’ny alina). Lehilahy mikatrakatraka daholo no manao azy, ary misaron-damba, milombon-damba fa ny tandrifin’ny maso ihany no mivoha. « KILOMBON-KELIHOAKA »no fiantso ny toy izany.

Ny tonom-peon’ny Ombeolahy dia nampangorakoraka, ary ireo fiteny ireo dia matetika atao sasin-teny mialoha ny kabary am-paty. Lava ihany ny teny fanao amin’ny Ombeolahy, nefa izao no tonony re matetika amin’ny fandevenana ny Anakandriana sy Andevohova :

    Kisamosamon’ny Adalo
    Tohy bajon’ny Somony
    Mikiky ny tsa zoane
    Mihehe ny tsa zoan-draha
    Fa haha volo ro migeboña
    Ko tañana am-pify ro mitsetaka
    Mandré ve ny manaña ny mate?
    Mandre ve ny zoan’ny manjo?
    Tory taia ro ho tory
    Fa tory tapaka an’andrindrina
    Sakafo aia ro ho sakafo
    Fa ny rora nilentika an’am-peo
    Tsare maso tsa ombe tory
    Tsare tahezan-tsa omby tsihy
    Mangina... Mangina ny manana ny maty
    Mahereza ny zoan’ny manjo
    Fa ny tañinareo ro tañinay

Ombeolahy est un tonon’isa prononcé par les Anciens lors des veillées mortuaires. Des hommes bien bâtis l’exécutent, drapés dans de lamba, la tête couverte, seuls les yeux apparaissent. C’est ce qu’on appelle KILOMBON-KELIHOAKA [se couvrir en ne laissant qu’une toute petite ouverture].

Les paroles de l’Ombeolahy sont tristes et elles servent souvent de préambule aux discours mortuaires. L’Ombeolahy est un texte assez long, mais ce qui va suivre est la partie couramment utilisée lors des funérailles d’un anakandriana ou d’un andevohova :

    Boucles d’oreilles d’Adalo
    Un collier de perles multicolores de Somony
    Rigolent ceux qui ne sont pas frappés par le malheur
    Rient ceux qui ne subissent pas le deuil
    Car voici qu’on dénoue les cheveux
    Et voilà qu’on se met les mains contre les joues
    Les parents du défunt entendent-ils ?
    Ceux frappés par le deuil entendent-ils ?
    Quel sommeil pourrait être sommeil
    Car le sommeil est resté hors de la maison
    Quel repas pourrait être repas
    Car la salive a sombré dans la gorge
    Ce n’est pas que nos yeux refusent le sommeil
    Ce n’est pas que nos flancs refusent la couche
    Que s’apaisent, s’apaisent les parents du défunt
    Que prennent courage ceux qu’a frappés le deuil
    Car ce sont vos pleurs que nous pleurons
Andrianarahinjaka 1986 : 376-377.

Diamboko

Raone

Trotratrotra ny aloka añ’Isandra
Mamaritse koa ny any Fanjakana
Raone tsa mandre Raone tsa matory
Raone tendre hanafika añ’anala
Tsy manambady ko mirandraña
Mpitovo ko mañaha volo
Zaza mivahavahan-kova
Tsy ho Hova ko tsy ho Ramanga
Tsy ho fady ko tsy tanan-doha
Lehe tsy rene ko tsy handrandraña
Lehe tsy nama tsy hanisy solika
Si-nimpody ny olo tañ’anala
Ko nanotany ny zanak’Isandra
Mba hitanareo ve Raonibenitane?
Tsa namaly ny zazavave telo
Fa nitsongotsongo lehe lalaña
Nanapatapaka ny kitsoa-bero
Dia nahalala ny zanak’Isandra
Fa Raone nivela añ’anala
Tsinomane ny Andriambave
Fa mate Raone zaza tokaña
Tongon-dRamanaoromalake
Finai-dRamalakirahina
Finainy any Kiavelovato
Nataony añy Getrakinaña
Lehe mate endre aho
Fairo mivalana añy Isandra
Hisafotsa ny lamba valo vona
Hilofo ny omby valo tandroka
Hilevina am-pasam-balozoro
Le lehe mate añelañelan-tañe
Ko mate tsa mana-mpitany
Lake Sandra Sandra
Andoharanomaints

L’ombre descend sur l’Isandra
Et recouvre aussi Fanjakana
Raone n’entend pas, Raony ne dort pas
Raone est désigné pour guerroyer dans la forêt
Un célibataire qui se tresse les cheveux
Un homme sans épouse qui se dénoue les cheveux
Un jeune homme à stature de prince
Sans qu’on puisse savoir si c’est un prince ou un esclave
Ce n’est pas un interdit, mais on ne lui touche pas la tête
Sa mère seule peut lui tresser les cheveux
Seules ses amies peuvent lui mettre de l’huile
Lorsque revinrent les gens partis vers la forêt
Les enfants d’Isandra demandèrent
Avez-vous vu Raonibenitany ?
Trois jeunes filles ne répondirent pas
Mais arrachèrent seulement les herbes de la route
Coupèrent les tiges de roseaux
Et les enfants d’Isandra surent
Que Raony était resté dans la forêt
La princesse pleura
Car Raony le fils unique est décédé
Pris par « Celui-qui-fait-et-qui-prend »
Enlevé par « Celui-qui-est-rapide-à-envoyer »
Emmené à la Pierre-aux-fantômes
Emporté à Getrakinaña (Dépotoir-auxtourtes-de-ricin)
Si jamais je meurs, mère, emmène-moi
Vers l’aval d’Isandra
Pour que je sois couvert par du tissu à huit-nœuds
Pour qu’on sacrifie en ma mémoire un boeuf à huit cornes
Et que je sois enseveli dans un tombeau aux huit coins
Car celui qui meurt en cours de route
Meurt sans que personne ne pleure
Si Sandra est Sandra
Andoharanomaintso l’est encore plus

Ikalamavo

Say maty i Zanakinivola
Ikalamavo an-dRazafitsiefajato
Eko lake tsa hilofo koa
Ko ataovo am-pasan-dRainilofo
Mandehana ny ho amin’ny angady
Mirosoa ny ho amin’ny langela
Ko alao añ’Ampasampotsiloha
Ohazo any Tsiafakiniosa
Say avy ny andro tolak’andro
Ko ny fasana tomenatena
Nitarona ny olon-tan-kady
Fa mitoratora-boatavo
Fa mitete vovo-tane
Hoy Razafitsiefajato
Izao no fomba ny fasana laliña
Nandray Ramasimbanona
Say nitaroña koa nanao hoe
Ivinañimase lale soasoa
Itsiafatampo dika han’itoy
Fa toy ro raha sora-draha
Mananiha atoy iha Mahadidy
Fa iha eñe ko handavo kenan’io
Sy afa-tao ny an-dRamasimbanona
Trany tao ny olo fito lahy.

À la mort de Zanakinivola
Ikalamavo de Razafitsiefajato
Si vous ne voulez pas sacrifier [des boeufs]
Mettez-la dans la tombe de « Ceux-qui-ont-[sacrifié »
Allez, qui avec des bêches
Avancez, qui avec des pelles
Cherchez la tombe-à-tête-blanche
Creusez « Belle-que-les-faibles-n’atteignent-pas »
Quand vint l’après-midi
Le tombeau fut ouvert
Ceux dans le trou dirent
Qu’il pleuve des cailloux
Qu’il tombe des poussières
Razafitsiefajato dit :
Les tombes profondes sont ainsi
Ramasimbanona prit la parole
Et parla en ces termes :
Ivinañimase est encore plus profonde
Itsiafatampo l’est encore plus
Mais en voici un de phénoménal
Remonte donc Mahadidy
Sinon tu vas être enseveli là
Quand celui de Ramasimbanona est sorti
Sept hommes y sont restés.
Vako-drazana, no 41, p. 17.

Kalamainty

Isam-behivavy
Isa
pour les femmes)

Ikalamainty ny añ’Itenina
Amboalambon’Ambohimasoa
Kalamainty soa traño
Arara soa tanimbary
Zazavavy tsa mino anatra
Kilongampela tsa mandray toro hevitra
Io ny amboalambo tsa nivoaka
Io ny arara tsa nifindra vala
Fa foto-kazo sy vorona re
Ko izay manina manato

Ikalamainty du village d’Itenina
Un fainéant d’Ambohimasoa
Kalamainty a une belle maison
Le farceur a de belles rizières
Les jeunes filles ne veulent rien croire
Les jeunes femmes refusent d’écouter les conseils
Voilà le fainéant qui ne sort pas de chez lui
Voilà le farceur qui ne change pas de villages
Comme le pied d’un arbre et un oiseau
Que celui qui regrette revienne sur ses pas.
Vako-drazana, no 54, p. 7.

Rija

Andrazo, andrazo
(Attends, attends)

Andrazo, andrazo mba hiaraka aminao
Raha soa ny miara-dia lake tsa malaky
Aho ateronao añ’antañy nanalana
Mba hijery ny tañe nialana
Hamangy ny havana tsa foe
Hitsidika ny sakaiza tsa hadino
Añ’ aminay misy raha soa
F’ao ro misy valala mampinono
Ny tondro mitsidika mpifana
Ny Renialia mitafy vakilandy
Ny tiana mamangy rafozana
Ny toho manenga vady vao
Ny pirina manao hira gasy
Ny patsa manao dihy tañana
Ny kanakana manao zipo
Ny gisa manao pataloha
Ry voanato ro mitapa-bolo
Ty ny androngo ro mijery fitaratra
Ny amalona ro zendan-draha ho avy
Eko anay ro manahy ny hiaviane

Attends, attends-moi, car je veux m’en aller avec toi
Il est bon d’être ensemble même si on neva pas vite
Accompagne-moi au pays où tu es venu me chercher
Pour revoir le pays que j’ai quitté
Rendre visite aux parents chéris
Rendre visite aux amis inoubliables
Chez nous, il y a plein de bonnes choses
Là, les sauterelles allaitent
Les poissons rendent visite aux accouchées
La mère Araignée se couvre de soie
Celui qui aime rendre visite à ses beaux-parents
Les thons prennent de nouveaux époux
Les alevins font du hira gasy11
Les petites crevettes dansent des mains
Les canards portent des jupes
Les oies mettent des pantalons
Les voanoto se coupent les cheveux
Même les lézards se regardent dans le miroir
Ce sont les anguilles qui s’étonnent de l’avenir
Mais nous, nous appréhendons sa venue.
Vako-drazana, no 39, p. 19.

Kitrakitra tsy ady tolona mpinama
Ny antsika tsa mba miady fa resaka mpinama
Fa lehe anao tsa mandrebodreboña
Aho ako tsa hanindritsindroña
Lehe añao tsa mitora-bato
Aho koa tsa mba hañipikipy
Lehe añao manafosafo ahy
Aho ako hañaotsaotsa anao
Eko lehe añao hitsidika tsa tapaka
Aho ako hamangy tsa mieñina
Fa ny saoka ro mampihinan-draha manitsa
Eko misaotsa ho tahin’Andriamanitsa

Heurts sans être bataille est un combat entre amis
Nous ne nous disputons pas, nous nous parlons amicalement
Car si tu ne piques pas
Je ne te pincerai pas non plus
Si tu ne me jettes pas des pierres
Je ne te lancerai pas des bâtons
Si tu me caresses
Je te regretterai
Si tu me rends visite sans arrêt
Je n’aurai de cesse de venir chez toi
La louche permet de servir de bons mets
Alors merci, que Dieu te bénisse.
Vako-drazana, no 20, p. 14.

Kipotsaka

Ny aloalo vadin’ny fasana, vazimba vadin’ny tranomena ; Aza mialoñaloña ny vadin’ny sasany, fa misimba ny vady mifanome.
Les aloalo12 sont les époux des tombes, les Vazimba13 sont les époux des tranomena ;
Ne sois pas jaloux des époux des autres, car les époux qui se respectent en seront affectés.
Andriamboalambo tompon’i Manampy; lehe dozorom-boae tokony halake.
Andriamboalambo (« Le-prince-à-la-couleur-de-crocodile ») est le propriétaire de Manampy ; s’il est poursuivi par le crocodile, il doit être rapide.
Andranolozoka ro andohan’i Sirao, lehe manala lozoka ny loha ro firao.
Andranolozoka est en amont de Sirao, s’il ouvre le verrou, coupez-lui la tête.
Vary madio ako ro mahandongandonga, ko intelo homaña ako ny kilonga.
Le riz propre rend dodu, les enfants mangent trois fois par jour.
Vako-drazana, no 20, p. 19.

Raozimaria tsa mba ratsy fa anarana nataon’ny Vazaha, ko ny ombe mahia tsa mba mate, lehe notohofana kajaha.
Rosemarie n’est pas un mauvais nom, étant un prénom français, les bœufs maigres ne meurent pas si on leur donne sans arrêt des pousses de manioc.
Vohipary ro an’an-dohan’Akondro, ko lehe mandoa-bary koa asio ny longoko.
Vohipary est en amont d’Akondro, si vous servez du riz, donnez en à ma famille.
Avomalaza ro Ambatomena, ka aza milazalaza, mba tomera soa.
Avolamalaza est Ambatomena, ne sois pas bavard, reste tranquille.
Vako-drazana, no 51, p. 7.

Tsy levo aho ko katrakatrak’orana, hilatsaka añ’atetin’i Manody handem-bolo ny ombimanga, hanoza ny aomby haolo.
Que n’étais-je des gouttes de pluie, pour tomber sur les collines de Manody, pour mouiller la peau des bœufs sauvages et changer de couleur les yeux des bœufs isolés.
Tsa ataoko indroa ny manan-kavana añ’andafy ; fa ny eny manao lakana ny maso, ny atoy manao fivoy ny vetsevetse. Lehe ny rano safomorona ko ny hanina ro latsaka ao am-po; lehe ny rano migetraka anelanelam-bato, ny hanina manetseka añ’anati-taolana any.
Je ne referai pas deux fois d’avoir des parents au-delà des mers ; eux se servent de leurs yeux comme d’une pirogue, ceux d’ici utilisent les pensées comme des pagaies. Quand l’eau monte jusqu’au bord, les pensées nostalgiques descendent dans le cœur ; quand la pluie tombe au creux des rochers, la nostalgie fait frissonner jusqu’aux os.

Kalita

Lalan’añy Ihosy ro mañolakolaka
Apela te-ho roso ko mamolapolaka
.
La route d’Ihosy est sinueuse
L’épouse qui veut s’en aller fait la difficile.
Tsiritsirin-drotsa ny any Manandreana
Mitsinjitsinjo ny roso ko mihalangeana

Des pousses de rotra sont à Manandriana.
Regarder ceux qui partent pour ne pas se sentir seul.
Akondro sambaika ro masaka an-dovia
Eko Mongo mahalaitsa mba ho avy an’ovia?

La banane cuite à l’eau est prête dans l’assiette
Quand donc viendra Mongo qui tiendra compagnie ?
Lehe lany ny kitay hazo ko manome toky ny kifafa
ko lehe lany ny fitea tamin’azy ko manome toky koa ny hafa.
Si les morceaux de bois sont épuisés, les herbes sont prêtes à être utilisées
Si son amour est épuisé, d’autres viendront…
Ny trano volo ro trañon-dRatanala, ny pe-tany ro tranom-Betsileo

Tsa mivony ny taron’ompinama, fa raha tiany tsa havelany eo.
La maison en bambou est celle des Tanala, la maison en terre est celle de Betsileo
Les propos des amis sont facilement discernables, car ils n’abandonneront pas les choses qu’ils affectionnent.
Aja rarana lehe ho añ’anala fa raha tsa hitondra titele hatañe
Eko aja rarana añay lehe mana-tiana fa raha tsa hitondra fitea ho añ’antane.
Ne refusez pas à quelqu’un d’aller dans la forêt, car il rapportera du miel
Ne nous refusez pas d’aimer quelqu’un, car personne n’emportera son amour sous terre.
Ny kafe raha tsa ho vita, ny siramamy ene tsa ho lany ka ano hihinan-goavy koa;
Ny fitea raha tsa ho ritsa, ny finamana ene tsa ho lany ko ano mba hanambady koa.
Le café ne sera pas épuisé, ainsi que le sucre, alors mangeons des goyaves ;
L’amour ne sera pas tari, ainsi que l’amitié, donc marions-nous.
Tañàna aminay ro tañà-anivo rano
ko lehe manina anay misotroa rano.

Notre village est au milieu du fleuve
Si nous te manquons, bois de l’eau.
Vako-drazana, no 51 p. 8.

Amboleo ny taretsa, ko amboleo ny kajaha
Ary aja miretareta f’ange tra-draha
.
Plante les agaves ainsi que le manioc
Et ne traîne pas sinon quelque chose adviendra.
Ina ko ro trotraka noho anao miherikerika
Fa tsa isiana aloha ny troka, voho ao mieritseritsa
.
Qu’est-ce qui est tombé que tu recherches ainsi
Remplis d’abord ton ventre, après tu réfléchis.
Vako-drazana, no 59, p. 8.

Ohabolana

Katsa-daty tsa madiña, ary ny aombe tsa manamy atoandro foana fa ao antony.
Un épi de maïs n’est pas vide pour rien, et les bœufs ne rentrent tôt au village sans raison.
Ela ny malaka ny dretsa, ko faty hilevina amim-pioka.
Ceux qui vont chercher la musique prennent trop de temps, qu’on finit par enterrer le mort en sifflant.
Raha ianao andriana avo, izaho mba avoñ’aomby.
Si tu es grand prince, moi, je le suis par mes bœufs.
Fy ny toho, fy ny amalona, fa ny lela tsa hatao jono.
Le thon est succulent, l’anguille l’est aussi, mais ne te sers pas de ta langue comme appât.
Tsa ho totoi-bato hita, tsa ho latsaka an-kady hita handro.
Que tu ne heurtes pas un caillou que tu as vu, et que tu ne tombes pas dans un trou visible de jour.
Ny fitian’Ikala an-dRamanjary ro mahatra-tafika an’i Mangidy.
L’amour d’Ikala pour Ramanjary entraîne la chute de Mangidy.
Azafady aminao aho Ra-kisiny, tsa manenda fa mandray am-bozona ; azafady aminao aho Rakelimalaza, fa ny atiny tsa mba kisoa.
Je vous prie de m’excuser, Madame-la-Cruche, je ne vous étrangle pas, mais je vous tiens par le cou ; je vous prie de m’excuser Madame-la-Petite-Célèbre, car le foie n’est pas de la viande de porc.
Ny ela maha-fatra-draha ary ny ela mandrava raha fantatsa.
La durée embellit les choses et le temps détruit les valeurs acquises.
Manao fiseasean-dravin’ovy, ka mandroatsa indraika dia tofoka.
Faire comme l’odeur des feuilles de patates douces (lors de la cuisson) qui s’estompe à la première ébullition.
Ataovy tsara laza amin’ny aba amin’ny endriko any ro aho, fa sivy amby sivy folo ro tsa nahazato ny ombiko.
Dites-bien à mon père et à ma mère qu’il me manque quatre-vingt-dix-neuf bœufs pour en avoir cent.
Hitety rahona aia leky maina, eko hivadi-bohitsa aia leke tea ?
Même si tu regrettes quelqu’un, peux-tu marcher sur les nuages et même si tu aimes, peux-tu dépasser les collines ?
Mitomany ny nifin’akoho tsa haniry, nitakatsa ny avo tsa ho takatsa fa volana ro itomaniana.
Tu pleures les dents de poulet qui ne pousseront pas, tu essaies d’atteindre les hauteurs inaccessibles, parce que tu pleures la lune.
Aleo kely antim-panahy toy izay lehibe tanora saina.
Il vaut mieux être jeune et avoir l’esprit vieux, que d’être vieux à l’esprit jeune.
Raha lavitra any Imerina any.
Comme c’est loin l’Imerina.
Ny raha ho avy tsa mba hienina.
Ce qui doit arriver ne tardera jamais à venir.
Ny fanjaitsa raha kely mandraky ny ela.
L’aiguille a toujours été petite, depuis toujours.
Tany tondroina tsa mba onenana, ny lavaka amboarina tsa omenan’orana.
L’on ne vit pas dans les endroits que l’on désigne du doigt, l’on ne donne pas aux écrevisses les trous que l’on a creusés.
Dakan’Ambohimanarina, ko voatsipaka mbamin’ny mpitan-damba.
Coup de pied d’Ambohimanarina, même celui qui tient le lamba en prend sa part.
Na hiovakovako ho ratsy aza, tsa havelan’ny akondro tsa ho voany.
Même s’il mue en écorce sèche, le bananier fera toujours des fruits.
Izay mahalala mamono am-betsivetsy, izay tsy mahalala miandraza hamonoana.
Ceux qui savent tuent dans leur coeur, mais ceux qui ignorent attendent d’être tués.
Manotany raha hita dia koa mpanalak’afo.
Demander des choses visibles comme les demandeurs de feu.
Ny amboa hafa ro mangalatsa, ko Ikamena ro voakipikipy.
Ce sont d’autres chiens qui ont volé et c’est Ikamena qui reçoit des coups de bâton.
Itsaraitso ro mifàna, koa Andriampila ro maimbo an’Iketaka.
C’est Itsaraitso qui garde le lit après son accouchement, et c’est Andriampila qui sent l’odeur de la petite Iketaka.
Ifaralahy ro mitetika anana, ko Ibaomena ro tapa-tanana.
C’est Ifaralahy qui coupe les brèdes, et c’est Ibaomena qui a les doigts coupés.
Raha tonga ny amalom-bosira, tsa manana havana afa-tsy ny mate, fa sy tonga ny asa-vadi-drano, havana aby ny ivelany sy ny anatiny.
Devant les anguilles bien salées, on n’a de parents que les morts, mais quand viennent les travaux qui nécessitent l’entraide, ceux de l’extérieur et de l’intérieur font tous partie de la famille.

Kalambalala

Songom-bary añivo farihy ka sa fantatsa na ho lango na ho vary a ho tsako na ho lanim-pody. Ny miaraka telo misy ho añivo, ny miaraka roa misy ho aloha, fa ny miaraka irery tsa mba mananamana, mienga tapitsa an’andrindrina, ko miditrsa tapitsa an’andraño, voky tsa manakotolorana, ko mahare tsa misy manotane.

Lehe mate atero añ’ampasankilevenana. Lehe mba hilofo aomby mba hilofo ny mason’ny Vahoaka. Ataovy am-bata valozoro mahafono sy ny lamba valovoñe, lanjaon-dRaborizany valo tomboka ko aleveno an’ampasa-mahatsinjo fa leke tsa ho avy ane koa ko mba mitsinjo ny tany nahavelomana.

Comme ce qui repousse au milieu de la rizière, après la récolte de riz, l’on ne sait s’il y aura du son, du riz, du maïs ou s’il sera mangé par les cardinaux. Etre à trois, c’est pour qu’il y ait un au milieu, être à deux, c’est pour que l’un soit devant, mais être seul, c’est ne pas avoir d’amis. Quand il sort, il n’y a que lui, quand il rentre, il l’est aussi. Quand il est rassasié, il n’a personne à qui donner ce qui reste. S’il est au courant de quelque chose, personne ne lui pose de questions.

S’il meurt ramenez-le à son caveau. Si on va lui sacrifier un boeuf, au moins que ce soit devant la foule. Mettez-le dans un grand tombeau, où il peut se reposer et enveloppé dans du linceul à huit noeuds, que quatre hommes le portent, et ensevelissez-le dans un tombeau situé à un endroit d’où l’on peut tout voir, car s’il n’y est plus, au moins puisse-t-il voir le lieu où il a vécu.
Vako-drazana, no 57, p. 19.

Aho tsa mitsangam-pe lava, na mitarom-peo matsindrana... tokoa moa iny ataon’ny olo hoe, anarana mampibokoboko ny hoe Anakandriana, ary mampitsangan-tsy mahay ny anao ro eto... fa mpisolo vava ny antsiva aho leke tsa mitovy amin’azy. Zanak’olo voatavo ny dononina no maneno ko vavaina ro misy vavane... Tsa Ntaolo aho fa zanak’antitsa, tsa olon’ela fa mahatadidy! Kiombe taniditsa antanan’olo aho... ko ampitroarina no misembo fa lehe avela mipetrapotsy…

Je ne me lève pas parce que j’ai les cuisses longues, ni ne parle parce que j’ai une voix portante... ce que les gens disent est vrai, ainsi l’appelation Anakandriana vous relève comme un grand, et ici je me lève même si je ne sais pas parler... Car je remplace la conque, même si je ne lui ressemble pas. Si je parle, c’est comme si je suis un melon sur lequel on frappe, et je suis bavard, parce que j’ai une bouche pour parler... Je ne suis pas un Ancien, mais je suis fils de vieux ; je ne suis pas des temps révolus, mais je m’en souviens ! Je suis un boeuf d’argile aux mains des hommes... l’on me fait mugir et je saute, mais si on me laisse, je reste à terre...
Vako-drazana, no 70, p. 4-5.

Fampariahitsa

Tandrify aba aho lehe hahalolo ny dian’i Tsimiasa (anaran’omby) any Vatovaky, efa finai-dRaombasy ve ko tsa hahita ny tetin’i Afo.
Il est normal si j’arrive à suivre les pas de Tsimiasa (nom d’une variété de boeufs) à Vatovaky, car ayant été emmené par Raombasamy auparavant, je pus voir les collines de Afo.

Ja mba ampiana koa izay tehaka lake tsa mirakaraka, kidodo lake tsamidoboka.
Ne renforcez pas les applaudissements, même s’ils ne sont pas intenses, les tambours, même si les sons ne battent pas forts.
Sokonany hoe izay fitea nitanila, fa lehe nahary tena ko nanala aina.
Heureusement, dit-on, que c’est un amour qui n’est pas réciproque, car s’il était partagé, il aurait enlevé la vie.
Vako-drazana, no 54, p. 7.

Fandiambolaña

Ny vato tapaka tsa mitohy ko ny hazo maiña tsa mitsiry. Ny Ambaniandro tsa misy Rampisamo ko ny Tanala mody tsa miakandrefaña. Vivy nanatody ambony zamaña, nahafoy tamin’ny volamaka ko mitsiatsiaka lake anaty tanàna, maneno lake voasambotsa, dia arahaba ny tane mitotongana, veloma ny fanenjanan-dava, fa izay mahatamana onenana.

Les pierres cassées ne se recollent plus, et les bois secs ne repoussent pas. Aucun Ambaniandro [Merina] ne s’appelle Rampiso, et le Tanala qui rentre chez lui ne se dirige pas à l’ouest. La sarcelle ayant pondu dans les près, éclos ses oeufs au moment du [mois du] volamaka, est triste, même s’il est au village, chante, même s’il est prisonnier ; salut à la terre retournée, adieu au grand espace, car on vit là où l’on se sent bien.
Vako-drazana, no 22, p. 6.

Tonga ny vazaha lehibe tany Ifanadiana eko notsienaina tañ’Andohanatady eko avy ny fotoan-dehibe notsinadia eko izao ro ikambanantsika mianakaby.

Orokoroka ny sofina fa hitaino eko alao ny mote fa hizaha raha, fa mpanarakandro ro hitarona eko kilonga ro hilaza azy.

Ny lavitsa marea manatona eko ny mariny mitainoa soa fa hilaza ny raha hita maso aho ka hitantara ny raha ren’ny sofina... Fa nge ifanadiadiana sy tonga eko ifanitsakitsahana sy avy. Eko mamerovero ny kindakoka, eko manotany ny kinaoly hoe: ia ra izay nitarona izay. Izao ro Ranona ambanin’ny lalana ambony, lake ny dian-trano ro tsa tsinjo koa ny tafo tsa mba tsy kisarisary. Zaza tsonomoatsa tamin-dRangahy ko nipetraka tamin-dRoandranobe, nilaozan-ko voky fa asa ny tsa haharisaina.

Fa ny sora manody ro valovone eko ny etsetra fanalan’ny ratsy; ny tarona hoe voa-damba, ny mahay manaratsaka, ny tsy mahay manao bodofotsy, kivolombolon’ny añ’Ankafina ko randranin’ny Ambatofinandrahana, eko laky raika ro mivona ko ataoko soa hafa koa.

Les grands chefs venus d’Ifanadiana ont été reçus à Andohanatady, et cet événement tant attendu est une occasion pour nous de nous rencontrer.

Curez vos oreilles pour écouter et lavez vos yeux pour bien voir, car un bouvier va prendre la parole, ainsi c’est un enfant qui va parler.

Vous qui êtes loin, approchez-vous, et vous qui êtes proches, écoutez bien, car je vais parler de ce qui a été vu et raconter ce qui a déjà été entendu par vous tous… Car on pourrait s’en prendre aux uns et aux autres après. Le parfum des kindakoka embaume, et les kinaoly demandent : qui est cet orateur ? C’est moi, Untel, de la rue en contrebas, même si on n’aperçoit pas la base de la maison, le toit est bien visible. Un enfant qui a vécu auprès de Rangahy et qui était près de Roandranobe, qu’il avait quitté après lui avoir donné à manger jusqu’à rassasiement, mais l’on ne sait rien de son intelligence.

Ce sont les hérissons qui ont huit couleurs, et tout ce qui s’ensuit sert à conjurer le mal ; la parole, dit-on, est comme le tissage, ceux qui en ont la compétence démêlent le fil, ceux qui n’en ont pas fabriquent la couverture ainsi, des fils d’Ankafina, mais tissés par Ambatofinandrahana, même si je n’avais qu’un noeud, je pourrais en faire mieux.
Vako-drazana, no 37, p. 2.

Fampatonoña

Mpanjaka iray nalaza teto Betsileo nanana pipa iray. Mba hampisehoany ny fahefany anefa dia nataony lavabe ny pipan’io mpanjaka io: olo hafa no mandrehitra ny afo ary hafa koa ny manohana azy tsy hikasika tany.

Iza io mpanjaka io? Aiza no nanjakany? Inona no anaran’ilay pipa?Firy metatra ny halavany? Ary izay fomba fiteny amin’izao fotoana mikasika io pipa io.

Valiny: Rajaokarivony, tany Fanjakana; pipa : Fitarihana; 13 metatra;

« Maka lavitra sahala amin’ny pipan-dRajaoka. »

Un célèbre roi du Betsileo avait une pipe. Pour marquer son autorité, il l’avait voulue très longue : une personne l’allumait et une autre la tenait pour qu’elle ne touche pas le sol.

Qui est ce roi ? À quel endroit a-t-il régné ? Quel est le nom de la pipe ? Combien mesure-t-elle ? Quelle est actuellement l’expression courante relative à la pipe ?

Réponse : Rajaokarivony, à Fanjakana ; [le nom de la pipe est] « Celle-qui-guide » ; 13 mètres.

[L’expression courante :] « Qui cherche loin comme la pipe de Rajaokarivony. »
Vako-drazana, no 4, p. 11.

Haut de page

Notes

1 Région située sur les Hautes Terres centrales malgaches, limitée au sud par le massif d’Andringitra, à l’est par la falaise du pays tanala, à l’ouest par les pénéplaines du Moyen-Ouest.

2 Tous les renseignements cités ici proviennent de Rabenala lui-même, qui habite toujours à Antsororokavo, Fianarantsoa.

3 Voamena et sikajy : anciennes sommes valant respectivement la huitième et la vingt-quatrième partie d’une pisatre (NDLR).

4 Voir doc. annexe : « Ombeolahy ».

5 Anakandriana , « prince » ; andevohova, « conseiller du roi » (NDLR).

6 Voir doc. annexe : « Tonon’isa ».

7 Voir doc. annexe : « Kalamainty ».

8 Voir doc. annexe : « Ohabolaña ».

9 Voir doc. annexe : « Kalambalala ».

10 Voir doc. annexe : « Fandiambolaña ».

11 Genre d’opéra du peuple des Hautes Terres centrales (NDLR).

12 Superstructure du tombeau constituée d’un amas de pierres sèches quadrangulaires. En pays mahafaly (sud-sud-ouest), aloalo désigne les poteaux funéraires dressés sur les tombeaux (NDLR).

13 Nom des premiers occupants du sol sur les Hautes Terres centrales, dont les tombeaux sont encore vénérés aujourd’hui ; esprits chtoniens (NDLR).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Classification des genres
URL http://oceanindien.revues.org/docannexe/image/1389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clarisse Rasoamampionona, « Vako-drazana, revue littéraire betsileo », Études océan Indien, 40-41 | 2008, 47-80.

Référence électronique

Clarisse Rasoamampionona, « Vako-drazana, revue littéraire betsileo », Études océan Indien [En ligne], 40-41 | 2008, mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://oceanindien.revues.org/1389 ; DOI : 10.4000/oceanindien.1389

Haut de page

Auteur

Clarisse Rasoamampionona

Articles du même auteur

Haut de page