Navigation – Plan du site
Projets pour une étude future et méthodologique à appliquer

Éditorial

Un des objectifs de ce numéro est aussi d’attirer l’attention sur la nécessité de continuer la prospection malgré l’état actuel de dégradation du site de Vohémar. De nouvelles pistes peuvent être envisagées. À ce stade de la réflexion, toutes les hypothèses sont à considérer. Il a été décidé de lancer une série de travaux utilisant la collaboration et la compétence des collègues venus des disciplines connexes qui peuvent contribuer à faire évoluer la connaissance de ce site. Lors de la première rencontre sur ce thème, à Paris, le 9 décembre 2010, dans le cadre des Journées d’études organisées par le Centre de recherche sur l’océan Indien et le Monde austronésien de l’Inalco, les participants sont convenus de monter un projet pour apporter des réponses aux nombreuses questions évoquées. Ce numéro est déjà une première mise au point sur la portée océanique de ce site.

Le Projet Vohémar sur lequel est déjà engagé un certain nombre de laboratoires et de centres de recherches (Croima Paris, Icmaa Antananarivo, Université libre d’Amsterdam, Université de Berne) s’est vu rejoindre par le Bureau Archéo-concept qui a offert ses services pour l’élaboration du Document-projet.

Des collègues ont aussi offert la contribution de leur laboratoire pour mener des analyses plus fines des vestiges. La possibilité de recourir à des analyses génétiques sur des ossements prélevés dans une des sépultures anciennes ayant échappé à l’urbanisation actuelle pourrait aboutir à mieux cerner le groupe humain Rasikajy. Ainsi, pour exemple, l’analyse approfondie d’une dent apporterait de nouvelles informations sur quelques traits caractéristiques de cette population ancienne.

Nous présentons ici les contributions des collègues qui font état des méthodes qu’ils pourraient mettre en application dans ce projet.