Navigation – Plan du site
Archipels créoles de l’océan Indien

Une expression créole au carrefour du français et du malgache

Brève note exploratoire socio-linguistique
Claude Allibert

Résumés

L’étude du mot « marmite » utilisé au xviie siècle à Madagascar puis à la Réunion conduit à une tentative d’interprétation socio-linguistique dans les îles de l’océan Indien francophone.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 G. Rantoandro (1982) a fait une étude sociologique de la fonction des « marmites ».
  • 2 « Porteur d ‘un fardeau ».

1Plusieurs auteurs ont tenté de trouver l’origine du mot « marmite » (en malgache « maromita ») employé à Madagascar et aux Mascareignes aux xvii et xviiie siècles pour désigner un homme dont la fonction va de celle de « serviteur » jusqu’à celle d’« esclave »1 . Johns (1835 : 295) donne la prononciation malgache mais aussi son support étranger « marmite » au pluriel en « s », ce qui prouve son origine non malgache, puisqu’il fait référence au mot français : « Maromita : Marmits, bearers of packages ». Dalmond (1842 : 49) distingue bien les deux sens des termes français « marmite », le premier signifiant l’ustensile, dont il donne le malgache vilane (vilany), le second signifiant « domestique » : marmita. Le Révérend Père Webber (1853 : 462) donne au terme le sens de « domestique, ouvrier ». Richardson (1885 : 431) donne « servant, a bearer of a burden2 » et propose une filiation à partir du français « marmiton ».

2De ces anciennes interprétations, il nous paraît important de retenir que le terme s’orthographie « maromita » en malgache mais que, pourtant, il s’agit d’un singulier, ce qui élimine en première lecture le préfixe pluriel malgache « maro » signifiant « plusieurs » et porte plutôt à voir dans la présence de la lettre « o » la vocalisation indispensable en malgache entre les consonnes « r » et « m ».

3Grandidier a également tenté d’apporter sa propre lecture (1906 : 107, note 1) : « Quand j’étais à Madagascar, des Malgaches m’en ont donné une autre [interprétation] également douteuse : ceux qui passent les rivières, qui vont et qui viennent ». Le Père Webber dit que ce mot est utilisé dans toute l’île et il me semble qu’il n’en serait pas ainsi s’il était une corruption du mot français marmiton qui, du reste, n’a rien à voir avec le sens du mot maromita qui signifie « porteur de paquets » et par extension « serviteur ».

4La tentative la plus récente pour apporter une réponse satisfaisante fut faite par Hébert (1970 : 370-371). Il croit y reconnaître le terme « maromainty », « hommes faisant partie de la caste des Noirs, encore qualifiés de tels par les Hova au xixe siècle ».

5C’est là, je pense, qu’il importe de prendre en compte l’introduction de la voyelle « o » donnant l’illusion d’un pluriel alors que la terminaison du mot est bien « mita » et non pas « mainty », même si Hébert, sans doute parce qu’il ressent la possible objection et n’est pas totalement satisfait de la filiation qu’il avance, déclare que « mainty » se prononce plutôt « miaty, ou même miti » dans les dialectes du sud-est. L’argument est à prendre en compte mais ne me satisfait pas entièrement pour cette double objection.

  • 3 L’expression n’apparaît pas dans le Robert mais est donnée par des dictionnaires traitant de l’argo (...)

6Par ailleurs, Flacourt (1661, voir éd. 2007) nous donne le terme « marmite » et non pas « maromita », lui qui est d’une fidélité exemplaire à la langue quand il emploie un terme malgache. Or, ici, il ne donne que le mot français marmite. Je retiendrai donc l’obligation de m’en tenir au terme français et de repartir de cette donnée. Il existe en français régional3 l’expression « noir comme le cul de la marmite » qui semble d’ailleurs avoir donné l’expression créole « noir-lo-ki-marmit ». Mais il existe également l’expression malgache « mainty ohatry ny harim-bilany » [à traduire mot-à-mot « noir comme le charbon (noir de fumée) de la marmite »]. L’une et l’autre ont pu jouer un rôle à l’occasion de la naissance du créole, issu principalement de la rencontre de deux cultures, la malgache et la française.

  • 4 Note de Christian Barat, un des relecteurs de l’article : « Daniel Biaggoni a effectivement noté l’ (...)

7Il importe également de prendre en compte le sens sociologique véhiculé par le mot malgache mainty signifiant « noir » en malgache, lequel véhicule souvent un sens péjoratif utilisé pour dénommer principalement les populations de « basses extractions, sociologiquement parlant », souvent les Noirs africains (Mozambicains). Cette lecture semble confirmée par le complément que Flacourt a apporté dans la seconde édition de son ouvrage dans laquelle il stipule, sans doute à la demande d’explications de son éditeur, que « marmite » signifie « esclave » (Flacourt 1661, éd. 2007, p. 146).. L’on retrouve ce sens dans un doublet de l’expression créole qui substitue le terme « kaf » au mot « noir », comme indiqué par Biaggoni » (1987 : 129, sous « Kaf »)4.

  • 5 Que Le Robert ne donne pas, ce qui en ferait une expression régionale, patoisante.

8À l’analyse, il semble que l’on puisse en déduire que l’expression « marmite » employée par Flacourt et certains de ses successeurs vient bien du français5. Il ne s’agit pas d’une ré-interprétation en français d’un terme malgache, mais les deux expressions, l’une française, l’autre malgache, dans un contexte franco-malgache créolisant, ont pu s’épauler mutuellement. Les termes « mainty » en malgache et « kaf » en créole véhiculent la même idée à valeur péjorative faisant référence à la main-d’œuvre issue de la traite ou de migrations africaines.

9On conviendra alors que l’opinion de J.-C. Hébert n’est pas si éloignée de notre avis, sauf qu’il conclut que le point de départ est le terme maromainty qui, à son avis, fut francisé en maromita, alors qu’à l’inverse, nous pensons que le mot marmite fut malgachisé en maromita, puis peut-être lu comme maromainty, car une réalité sociale pouvait lui servir de support.

Pour une lecture socio-linguistique complète, il importera de constater :

  • que la lecture péjorative appliquée aux Mainty (sous-entendu Kafir, population d’esclaves mozambicains) à Madagascar est en place avant la colonisation et confirme la grande stratification de la civilisation malgache traditionnelle ;

    • 6 Souchu de Rennefort (éd. 1988 : 402) déclare : « Les marmites ... (on appelait ainsi les nègres de (...)

    que l’expression fut très tôt mise en place, peut-être à Fort-Dauphin puisqu’on la trouve chez Flacourt (1661) et Souchu de Rennefort6 ;

    • 7 En particulier chez Drury (voir Grandidier 1906, COACM, tome IV, p. 107), qui orthographie « marmit (...)
    • 8 Leguével de Lacombe B.F., 1840, p. 97 : « On avait engagé les maremites (hommes à gages)... »

    que les termes marmite et maromita, encore présents au début du xviiie siècle7 semblent petit à petit s’effacer devant celui de borizany sans doute moins péjoratif, vers la fin du xviiie siècle bien qu’ils existent encore chez Mayeur (dans : Barthélemy de Froberville 1912 : 84), Du Maine (1810 : 146, 148, 150 et ss., dans : Malte-Brun, t. 11) et Leguével de Lacombe (1840)8.

Haut de page

Bibliographie

Baggioni D., 1987, Petit dictionnaire créole réunionnais-français, Saint-Denis, université de la Réunion.

Dalmond Abbé, 1842, Vocabulaire et grammaire pour les langues malgaches sakalave et betsimitsara, Ile Bourbon, Saint-Denis, Impr. de Lahuppe.

Drury R., « Les aventures de Robert Drury pendant ses quinze années de captivité à Madagascar et son second voyage dans cette île (1701-1717 et 1719-1720) », voir Grandidier A. et al., dans : COACM, tome IV, 1906.

Du Maine M., Voir M. Malte-Brun.

Ellis W., 1838, History of Madagascar, 2 vol. , London, Fisher Son & C°.

Flacourt E. de, 1661, Histoire de la Grande Isle Madagascar, rééd. Inalco-Karthala, Paris, 2007.

Flutre L.-F., 1963, « De l’apport de Madagascar au vocabulaire du français d’outre-mer aux xvii et xviiie siècles », Annale malgache, Université de Madagascar, Faculté des Lettres et Sciences humaines (1), p. 3-21.

Froberville B. de, 1912, Voyage dans le Nord de Madagascar, au cap d’Ambre et à quelques îles du Nord-Ouest, par Mayeur, novembre 1774-janvier 1776 », rédigé par B. de Froberville, Bulletin de l’Académie malgache, vol. X, a.s. 1912, Tananarive, Impr. officielle de la colonie, 1913.

Grandidier A. et al., 1906, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar (Coacm), tome IV, Paris, Comité de Madagascar.

Hébert J.-C., 1970, « Quelques mots d’emprunt douteux du malgache par le français », Bulletin de Madagascar, avril, p. 365-372.

Johns D., 1835, Ny Dikisionary Malagasy, mizara roa: English sy Malagasy, ary Malagasy sy English, Antananarivo, Tamy ny press ny ny London Missionary Society.

Larson P. M., 2005, « La diaspora malgache aux Mascareignes (xviii et xixsiècles) : notes sur la démographie et la langue », dans : Dynamiques dans et entre les îles du sud-ouest de l’océan Indien (Revue historique de l’océan Indien, Université de la Réunion), p. 143-155.

Leguével de Lacombe B. F., 1840, Voyage à Madagascar et aux îles Comores, Paris, Desessart, 2 vol. 

Malte-Brun M., 1810, Voyage fait au pays d’Ancaye dans l’île de Madagascar en 1790 par M. Du Maine, Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire, Paris, Buisson F., Libraire-Editeur, tome onzième.

Mayeur N., Voir Barthélémy de Froberville.

Rantoandro G., 1982, « Contribution à l’étude d’un groupe social peu connu du xixe siècle : les maromita », Omaly sy Anio (Antananarivo), n° 16 (juil.-déc.), p. 41-60.

Richardson J., 1885, A New Malagasy-English dictionary, Antananarivo/London, London Missionary Society (reed. Gress Press, 1967).

Souchu de Rennefort V., 1668, Relation du premier voyage de la compagnie des Indes orientales en l’Isle de Madagascar ou Dauphine, Paris, Jean de la Tourette, rééd. dans Histoire des Indes orientales, coll. « Mascarin », 1988.

Webber R.P., 1853, Dictionnaire malgache-français selon l’ordre des racines par les missionnaires catholiques de Madagascar, Ile Bourbon, Etablissement malgache de Notre-Dame de la Ressource.

Haut de page

Notes

1 G. Rantoandro (1982) a fait une étude sociologique de la fonction des « marmites ».

2 « Porteur d ‘un fardeau ».

3 L’expression n’apparaît pas dans le Robert mais est donnée par des dictionnaires traitant de l’argot et surtout d’expressions régionales. La filiation de l’expression dans les provinces françaises d’alors pourrait présenter un intérêt pour l ‘histoire du créole.

4 Note de Christian Barat, un des relecteurs de l’article : « Daniel Biaggoni a effectivement noté l’expression kaf lo ki marmit dans son Petit dictionnaire créole réunionnais-français et la linguiste Annegret Bollée l’a répertoriée dans son ouvrage sur les créoles français de l’océan Atlantique et de l’océan Indien. Rosemay Nicole relève dans son “Noirs, Cafres et Créolesˮ qu’il s’agit d’une insulte que les locuteurs adressent aux Réunionnais d’origine africaine. Pour ma part, lors de mes enquêtes linguistiques et ethnographiques pour l’Atlas linguistique et ethnographique de la Réunion sous la direction de Robert Chaudenson, j’ai enregistré plutôt l ‘expression “Noir kom in ki d-marmitˮ, traduction littérale de l’expression française “Noir comme un cul de marmiteˮ, remplacée parfois par la formule “C ‘est la marmite qu ‘appelle le chaudronˮ. Le dessous de la marmite servant à cuire les aliments en France comme à la Réunion noircit au feu de bois ; le chaudron, quant à lui, est tantôt le seau qui sert à aller chercher de l’eau dans le puits, tantôt le récipient accroché au-dessus du foyer de la cheminée dans lequel on fait cuire une soupe. Cela dit, les deux expressions Kaf lo ki marmitˮ etNoir kom in ki d-marmitˮ sont deux moukalaz, moqueries. »

5 Que Le Robert ne donne pas, ce qui en ferait une expression régionale, patoisante.

6 Souchu de Rennefort (éd. 1988 : 402) déclare : « Les marmites ... (on appelait ainsi les nègres de service)... »

7 En particulier chez Drury (voir Grandidier 1906, COACM, tome IV, p. 107), qui orthographie « marmites » marominters.

8 Leguével de Lacombe B.F., 1840, p. 97 : « On avait engagé les maremites (hommes à gages)... »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Allibert, « Une expression créole au carrefour du français et du malgache », Études océan Indien [En ligne], 49-50 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://oceanindien.revues.org/1857 ; DOI : 10.4000/oceanindien.1857

Haut de page

Auteur

Claude Allibert

Croima, Inalco

Articles du même auteur

Haut de page