Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dupoizat Marie-France & Harkantiningsih Naniek, Catalogue of the Chinese Style Ceramics of Majapahit. Tentative Inventory

Claude Allibert
p. 285-286
Référence(s) :

Dupoizat Marie-France & Harkantiningsih Naniek, Catalogue of the Chinese Style Ceramics of Majapahit. Tentative Inventory, Cahiers d’Archipel no 36, 2007, Paris, 111 p., 83 pl. en couleur, biblio. ISBN : 978-2-91051-351-1.

Texte intégral

  • 1 M.- F. Dupoizat & N. Harkantiningsih, « Les plus anciennes céramiques chinoises du site de Trowulan (...)

1Les deux auteurs se livrent ici à un essai de synthèse des poteries chinoises que le site de Trowulan a livrées depuis plus de trente ans, comme l’annonçait déjà une publication des deux auteurs dans Archipel 671.

2L’historique des diverses fouilles est fait et la présentation des poteries chinoises avec illustration et planches en couleur pour la période couvrant l’époque Majapahit (fin xiiie - début xvie siècles) sera pour tous les spécialistes des populations nousantariennes particulièrement utile.

3On retiendra également deux compléments que nos collègues auront à juste titre apportés : une présentation des poteries thai et vietnamiennes associées à cette époque. En effet, celles-ci sont souvent mal connues par les chercheurs de l’océan Indien occidental qui ont une fréquentation plus soutenue des poteries chinoises. L’autre complément, qui, aux yeux des deux auteurs, constitue une sorte de rappel de l’époque antérieure est également très intéressant pour les secteurs du monde banto-swahili et comorien-malgache. En effet, cette période pré-majapahit de l’Asie du Sud-Est présente des poteries chinoises que nous retrouvons dans l’océan Indien occidental dans les sites nommés Dembeni d’après le site éponyme des Comores où elles sont associées à de la poterie islamique (sassano-islamique, sgraffiato).

  • 2 Rappelons l’excellente publication faite par C. Guillot : Histoire de Barus. Le site de Lobu Tua, v (...)

4À cet égard, il importe de remarquer l’identité totale des poteries trouvées à Dembeni et à Lobu Tua (Barus)2, apportant la preuve qu’aux ix-xe siècles, la diffusion des poteries islamiques et chinoises, ainsi que des verres persans, était réalisée de part et d’autre de l’océan Indien, sans doute par les Arabopersans, mais probablement accompagnés de marins d’autres origines. C’est ici que se pose le rôle tenu par les Austronésiens dans cette navigation au contact de Madagascar.

5Une telle correspondance entre les deux côtés de l’océan Indien, même si elle n’est constatée ici que dans les poteries d’importation, demanderait à ce que cette relation soit mieux étudiée par une association de chercheurs. L’étude des poteries locales associées à ces zones rendra peut-être possible la détermination du point de départ des proto-malgaches. Les sites offrant la plus grande chance devraient se situer dans un secteur délimité par Sumatra, Java, Bornéo, Sulawesi et les Philippines.

6La poterie chinoise est également bien représentée dans le secteur de l’océan Indien occidental. Les planches de l’ouvrage montrent cependant moins de correspondances entre cette poterie trouvée pour Majapahit et Madagascar. Toutefois, le plat présentant deux poissons tête-bêche (xiii-xive siècle, p. 36, fig. 4) se trouve aussi à Vohemar (nord-est de Madagascar) et représente d’ailleurs la datation la plus ancienne pour l’ensemble de tombes de cette nécropole.

7Les poteries chinoises trouvées à Madagascar et aux Comores, et souvent à la côte est-africaine, sont plus régulièrement des bleu et blanc ming. Les poteries chinoises de Majapahit aideront très certainement à opérer, à l’avenir, des déterminations plus précises dans l’ouest de l’océan Indien.

8Une bibliographie de six pages constitue aussi un matériel de références qui sera apprécié.

9Enfin, la présentation par Claude Guillot introduit bien Majapahit dans l’histoire de Java.

10Pour conclure, on ne peut qu’être satisfait de voir ce catalogue être mis à la disposition de tous ceux qui ont besoin de points de repère excellemment illustrés pour opérer des comparaisons pertinentes concernant les typologies chinoises des ix au xve siècles trouvées de chaque côté de l’océan Indien.

Haut de page

Notes

1 M.- F. Dupoizat & N. Harkantiningsih, « Les plus anciennes céramiques chinoises du site de Trowulan », Archipel 67 (Sources et documents), 2004, p. 11-16.

2 Rappelons l’excellente publication faite par C. Guillot : Histoire de Barus. Le site de Lobu Tua, vol. I (1998), vol. II (2003) dans les mêmes cahiers d’Archipel (no 30).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Allibert, « Dupoizat Marie-France & Harkantiningsih Naniek, Catalogue of the Chinese Style Ceramics of Majapahit. Tentative Inventory », Études océan Indien, 40-41 | 2008, 285-286.

Référence électronique

Claude Allibert, « Dupoizat Marie-France & Harkantiningsih Naniek, Catalogue of the Chinese Style Ceramics of Majapahit. Tentative Inventory », Études océan Indien [En ligne], 40-41 | 2008, mis en ligne le 18 mars 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://oceanindien.revues.org/1413

Haut de page

Auteur

Claude Allibert

Articles du même auteur

Haut de page