Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Elli Luigi, Dictionnaire ethnologique bara-français

Noël J. Gueunier
p. 397-400
Référence(s) :

Elli Luigi, Dictionnaire ethnologique bara-français, Antananarivo, Communauté lazariste de Turin et de Madagascar, 2010, 738 p., carte, annexes.

Texte intégral

1Les initiés savaient que le Père L. Elli, l’une de ces figures attachantes de missionnaires qui finissent pour ainsi dire par « se convertir » à la culture du peuple à qui ils sont venus prêcher l’Évangile, avait préparé, avant sa mort accidentelle en 2001, une nouvelle édition de son remarquable dictionnaire bara. C’est seulement maintenant qu’elle a pu être imprimée, par les soins de la congrégation lazariste à laquelle il appartenait.

  • 1 L. Elli, Dizionario bara-italiano, Fianarantsoa, Ambozontany, 1988, 382 p., fig., nb. phot., bibl.

2Alors que la première version1 traduisait du malgache bara en italien, le nouvel ouvrage a pour langue d’arrivée le français. Évidemment, dans la situation sociolinguistique de Madagascar, cela permet d’élargir beaucoup le public. Mais l’ouvrage n’a pas été simplement traduit, il a été aussi assez substantiellement augmenté. Un sondage rapide montre qu’il y a environ un tiers d’entrées nouvelles, correspondant souvent, il est vrai, à des articles plus courts, puisque, généralement, les mots les plus importants figuraient déjà dans la première édition. Assez souvent aussi, les articles existants se sont allongés de dérivés nouveaux ou d’expressions nouvelles.

  • 2 L. Elli, Fomba bara [« Coutumes bara. »], Fianarantsoa, Impr. Saint-Paul, 1999, 363 p. Compte rendu (...)

3La précision dictionnaire ethnologique, qui a été ajoutée au titre, correspond bien au contenu. L’ouvrage est fondé en effet sur l’expérience d’ethnologue du missionnaire : les articles sont nourris d’exemples qui sont des extraits de textes bara recueillis soit par l’auteur lui-même, soit par ses amis et collaborateurs, avec lesquels il avait travaillé à ses précédentes publications, notamment au Fomba bara, paru en 19992. Cette méthode, un dictionnaire construit en grande partie à partir du dépouillement d’un vaste corpus, est une garantie de pertinence linguistique ; c’est aussi une source d’intérêt littéraire et ethnologique. Souvent l,a phrase citée en exemple constitue à elle seule un motif entier d’un conte populaire, ou une phrase d’un discours coutumier, excellentes introductions à l’expression littéraire bara.

4D’autres exemples contiennent des descriptions ou des commentaires sur les rituels (ainsi, sur la circoncision, sous Eriñery, Lonaky, Panda, et à l’expression traño manara sous Traño, etc.), mais aussi des notations sur les coutumes de la vie quotidienne (ainsi, sur les usages du repas, sous Eñy, Habahaba, Sahafa, etc.). L’orientation « ethnologique » du dictionnaire ne signifie pas que l’auteur marque de la préférence pour un folklore passéiste, indifférent aux réalités du temps présent, loin de là. Plusieurs articles s’intéressent à des termes et à des contextes contemporains, avec des mots qui sont souvent des emprunts au français. Le dictionnaire jette ainsi des lumières parfois inattendues sur la réalité sociale vécue par les habitants du pays bara, ainsi avec le mot pasiporo qui signifie un « passeport », mais aussi ce qu’Elli appelle un « permis de circulation interne ». C’est rappeler au lecteur qu’à Madagascar, les habitants de beaucoup de régions rurales sont obligés pour se déplacer hors de leur village de demander un livret à l’administration de leur localité de départ, livret qu’ils devront faire viser à chaque étape dans tous les villages où ils passeront au moins une nuit, faute de quoi ils seront considérés comme suspects en cas d’enquête sur des vols de bétail. C’est ce livret de circulation qui est couramment appelé pasiporo. Autre terme révélateur de pratiques sociales contemporaines, ce mot voakà qui est un emprunt au français avocat, mais qui signifie « (juge, témoin) corrompu, qui a accepté un pot-de-vin ». Le glissement sémantique est sans doute révélateur.

5On trouvera aussi un intérêt sociologique, et même historique, à certaines définitions. Prenons, exemple important, celle du mot gasy, qui veut dire « malgache » par opposition à ce qui est étranger, mais qui désigne aussi ce qui est « typique du sud, par rapport à ce qui vient des hauts plateaux », par exemple le parler local par opposition à la langue malgache officielle, et encore les hommes qui n’ont pas fait acte de soumission au pouvoir, comme dans cet exemple qui se rapporte aux campagnes de la « pacification » des premiers temps de la colonisation : Niopaky ho raiky aminy ñ’Ambaniandro ñy vazaha eñy, namany mitalia ñy bo nigasy atoy (« Les Français se sont alliés aux Merina, ensemble ils sont allés chercher ceux qui ici étaient encore insoumis ».

  • 3 L. Elli & D. Realy, Evanjely amin’ny teny bara, araka ny Andron’ny Tompo [« L’évangile en parler ba (...)

6Parmi les additions les plus intéressantes qui ont enrichi la nouvelle édition du dictionnaire, plusieurs sortent de l’expérience de traducteur biblique de L. Elli, qui a publié avec son ami et collaborateur Daniel Realy un recueil des évangiles lus à l’église les dimanches et fêtes en bara3. C’était l’occasion de recueillir de belles et bonnes expressions bien coulantes dans la langue, qui nourrissent aussi le dictionnaire. Ainsi, dans la conclusion de la parabole du semeur (Mt. 13, 14) : Hizỳ fa mizỳ avao henareo, fe tsy raha hahazo ; hañety fa mañety avao, fe tsy hahita, fa pa-po toy vahoaky toy, « Vous entendrez de vos oreilles [litt. “vous entendrez, mais entendant seulement”] et vous ne comprendrez point ; vous regarderez de vos yeux [“vous regarderez mais regardant seulement”] et vous ne verrez point. Car le cœur de ce peuple est devenu insensible », nous trouvons l’expression pa-po, composée de paky « embourbé, enfoncé, ensablé, enlisé, coincé » et de fo « cœur ». Elle rend l’idée de celui « qui a perdu la mémoire, qui n’a pas de mémoire, qui est lent à comprendre », ce qui est exactement le sens du texte (sous l’entrée Paky). De même, dans la parabole de l’enfant prodigue, on a l’exemple : Nandany e fanañanao taminy ñ’apela lavahana i (« Il a dilapidé tes biens avec les prostituées »).

7Là où les traductions malgaches reçues (protestante aussi bien que catholique) ont ny vehivavy janga « les femmes débauchées », formule bien artificielle, la version bara trouve une expression idiomatique (et pittoresque) : les libertins et débauchés (des deux sexes) sont dits ceux et celles « qui ont de longues (lava) sandales (hana) », peut-être parce qu’il leur faut « courir » loin pour satisfaire leurs désirs (entrée Lavahana)…

8Dans la présentation de la première édition, Elli disait modestement que son travail « n’a pas la prétention d’être seulement un ouvrage scientifique, mais se veut surtout un instrument d’évangélisation » ; certainement, cela était une motivation profonde à son travail, mais cela n’empêche nullement le travail d’être aussi une contribution irremplaçable sur le plan scientifique. L’auteur a rangé les données par radicaux (et non par mots comme dans les dictionnaires usuels des langues européennes). On sait que ce mode de classement est le mieux adapté à la structure morphologique de la langue, qui construit un grand nombre de mots par dérivation régulière, en particulier par préfixation. Et c’est aussi suivre la tradition des principaux dictionnaires malgaches comme Webber (1853), Richardson (1885), Abinal et Malzac (1888), jusqu’aux contemporains Rajaonarimanana (1995) et Beaujard (1998, pour le dialecte tañala). C’est pour l’utilisateur un avantage considérable puisque cela facilitera les comparaisons : il sera aisé d’utiliser les données du dictionnaire d’Elli, en les confrontant systématiquement à celles de ses prédécesseurs.

9Sur un point, la nouvelle édition ne pourra pas remplacer l’ancienne : dans l’ancienne édition, on trouvait une illustration abondante et de grande qualité, planches de photos hors-texte et photos insérées dans le texte, qui sont souvent des compléments très utiles aux traductions (en particulier, pour des objets, comme les instruments de musique, ou aussi pour des gestes comme les différentes manières de se draper dans le pagne siky), et aussi planches de dessins et schémas (figures géomantiques sikily, marques d’oreilles du bétail sofy). Tout cela, qui portait la marque du travail si soigneux des anciennes éditions Ambozontany, a disparu dans la nouvelle édition. On aura donc toujours avantage à conserver côte à côte les deux versions de ce que les spécialistes appellent déjà le Elli, comme on dit aussi le Richardson, le Malzac et le Rajaonarimanana.

Haut de page

Notes

1 L. Elli, Dizionario bara-italiano, Fianarantsoa, Ambozontany, 1988, 382 p., fig., nb. phot., bibl.

2 L. Elli, Fomba bara [« Coutumes bara. »], Fianarantsoa, Impr. Saint-Paul, 1999, 363 p. Compte rendu dans Études océan Indien, no 32, 2001, p. 185-187.

3 L. Elli & D. Realy, Evanjely amin’ny teny bara, araka ny Andron’ny Tompo [« L’évangile en parler bara, suivant (le missel officiel) Le Jour du Seigneur »], Ihosy, St. Vincent de Paul, 2002, [4]-199 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël J. Gueunier, « Elli Luigi, Dictionnaire ethnologique bara-français », Études océan Indien, 46-47 | 2011, 397-400.

Référence électronique

Noël J. Gueunier, « Elli Luigi, Dictionnaire ethnologique bara-français », Études océan Indien [En ligne], 46-47 | 2011, mis en ligne le 03 mars 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://oceanindien.revues.org/1373

Haut de page

Auteur

Noël J. Gueunier

Articles du même auteur

Haut de page