Navigation – Plan du site
Les Rasikajy, auteurs d'une civilisation qui pose problème

Les perles de Vohémar, origine et marqueurs culturels

Bako Rasoarifetra
p. 178-193

Résumés

Le mobilier funéraire mis au jour dans la nécropole de Vohemar est composé en grande partie de perles en verre et en pierre (cornaline et cristal de roche). Grâce à la documentation archéologique et aux analyses chimiques effectuées sur divers échantillons, nous sommes en mesure de prouver que l’origine de ces perles est intimement liée aux réseaux florissants du commerce de l’océan Indien dès le premier millénaire de notre ère. La démarche comparative appliquée sur les découvertes des sites archéologiques riverains de l’océan Indien montre que, par cet aspect de la culture matérielle, des manifestations identitaires marquent cet espace.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Vohémar (Madagascar)

Domaines :

archéologie
Haut de page

Texte intégral

1Les fouilles de la sépulture de Vohemar inaugurent les premiers travaux de recherches archéologiques à Madagascar. Elles ont été entreprises par des administrateurs coloniaux et quelques scientifiques dès la fin du xixsiècle : Grandidier en 1899, Maurein en 1904, Gaudebout et Vernier en 1941-1942, Poirier en 1948 et Millot en 1955. Ainsi, la partie nord-est de l’île est devenue un chantier expérimental pour percer le secret de l’ancienne civilisation des populations méconnues à l’époque qu’étaient les Malagasy.

2La publication d’un catalogue du Musée de l’Homme intitulé Archéologie malgache, comptoirs musulmans de Vernier et Millot, paru à Paris en 1971, a apporté, en partie, de la lumière sur la richesse matérielle et culturelle de cette région nord-est de l’île durant la période d’occupation située entre le XIIIe et le XVIe siècle. Une partie des objets issus de ces différentes campagnes de fouilles a été envoyée en France, au Musée de l’Homme (transférés actuellement au Musée du quai Branly) et au Musée d’histoire naturelle de Nîmes. La part restée à Madagascar, conservée à l’Institut de civilisations / Musée d’art et d’archéologie de l’université d’Antananarivo, institut dont nous relevons, est constituée de céramique d’importation, de bijoux, d’objets en verre et de perles.

3La qualité et l’abondance des perles, par rapport aux autres matériaux collectés, nous ont poussée à entreprendre des études plus approfondies en 1998. Notre hypothèse de départ s’est fondée sur la partie réservée à l’étude des perles dans le catalogue du Musée de l’Homme cité plus haut. Nous nous sommes aussi appuyée sur les premiers résultats d’études effectuées par Bernard-Thierry (1957), Vérin (1971) et Van-der-Sleen (1990) afin de constituer notre base de données. Un tableau synoptique des typologies et caractéristiques de perles a été le premier aboutissement de nos travaux de laboratoire (Rasoarifetra 2000). Cette démarche nous a aidée à réfléchir sur les questions relatives aux origines des perles, leur place dans l’ancienne société malagasy et la culture qui s’y rapporte. Les études antérieures s’accordent sur le fait que les perles découvertes à Vohemar, mobilier et parures funéraires, sont des produits d’importation véhiculés par un réseau commercial de l’océan Indien depuis au moins le ixe siècle, ce trafic étant dominé par les Arabes , les islamisés et, plus tard, les Européens.

Des caractéristiques aux origines des perles

4La collection de perles en question provient de plusieurs tombeaux fouillés par Gaudebout et Vernier en 1941. Leur emplacement par rapport au squelette est minutieusement décrit par Vernier et Millot (1971) : autour du cou et à proximité des poignets, probablement des éléments de collier et de bracelets ; sur la tête et la poitrine, vraisemblablement cousues sur des vêtements ou d’étoffes. Les perles ont été utilisées comme parures funéraires et peut-être comme mobilier déposé au même titre que la céramique chinoise ou européenne, associée aux marmites tripodes en chloritoschiste et les fioles en verre.

  • 1 Chiffre approximatif, car une grande partie des perles en verre sont de taille minuscule.

5La quantité inventoriée de perles à partir de la collection du Musée d’art et d’archéologie s’élève à 22 474 échantillons, avec deux grandes catégories identifiées : la première d’origine animale comme le corail (139) et la seconde d’origine minérale comme la cornaline (155), le cristal de roche (65), le verre (21 775) avec un pourcentage de 70 % sur l’ensemble de la collection, enfin quelques perles en métal : du cuivre, de l’or et de l’argent1 (Rasoarifetra 2000). Les études effectuées en laboratoire ont permis d’avancer des hypothèses sur l’origine et la période de circulation de ces types de perles. En effet, matière première, technique de fabrication, forme, taille, couleur et motifs sont des indicateurs précieux pour l’identification du mobilier. La présente étude sera plus concentrée sur les perles en pierre semi-précieuse et en verre du fait que leurs études ont beaucoup avancé ces dernières décennies.

6Les perles en pierre semi-précieuse comme la cornaline et le cristal de roche de Vohemar sont de forme travaillée, sphérique ou facettée : biconique, bitronconique, piriforme, losangique, tabulaire facettée (classification de Beck 1928 et reprise par Dubin 1988). Les motifs travaillés, dont le type facetté, sont caractéristiques de la facture indienne de Cambay, les facettes donnant à la pierre un éclat particulier. En général, les cornalines ont six facettes tandis que les quartz en possèdent huit. La couleur de la cornaline varie de l’orange clair translucide ou opaque à l’orange foncé ; cette teinte foncée vient d’un procédé courant des ateliers indiens de Cambay qui consiste à réchauffer la pierre pour modifier son composant ferrique (fig. 1 et 2). Le quartz est de couleur blanche et transparent, le conduit intérieur est visible des parois externes (fig. 3).

Fig. 1. Perles en cornaline facettée

Fig. 1. Perles en cornaline facettée

Fig. 2. Perles en cornaline tubulaire facettée et perle tubulaire en or

Fig. 2. Perles en cornaline tubulaire facettée et perle tubulaire en or

7On attribue l’origine des perles en cornaline et en agate découvertes dans les sites du Nord, de l’Ouest, de l’Est et du Sud-Ouest du bassin de l’océan Indien aux ateliers de Cambay au nord de Bombay en Inde. Cette hypothèse d’origine avait déjà été avancée par Vernier et Millot dans leur étude (1971). En plus des produits finis, l’atelier de Cambay aurait également exporté de la matière première surtout en Afrique. Ainsi, de Kilwa sur la côte tanzanienne à Madagascar, des nodules de cornaline et d’agate ont été découverts en profondeur. La présence de ces nodules à demi-travaillés et de perles comportant un seul trou d’enfilage dans les sépultures de Vohemar conduit Bernard-Thierry (1957) à émettre une hypothèse sur l’existence d’un atelier local de transformation de la pierre, tout au moins pour la perforation ou la récupération de la matière première. L’archéologue Vérin (1971) note d’ailleurs que des nodules de cette matière ont été également retrouvés à Nosy Manja (sur la côte ouest) et à Antongil (sur la côte est). Mais il n’est pas non plus à écarter que la matière première pour la fabrication des perles en cristal de roche ne provienne de carrières locales. En effet, la région de Vohemar possède des gisements de quartz dont l’exploitation se faisait par cueillette (Atlas de Madagascar, 1971). Récemment, lors d’une campagne de reconnaissance archéologique effectuée par l’Institut de civilisations / Musée d’art et d’archéologie dans la région Melaky (septembre 2011), sur le site de la réserve naturelle de Beanka, plusieurs gisements de quartz ont été localisés. Ils sont actuellement exploités par la population locale pour l’exportation.

Fig. 3. Perles en cristal de roche

Fig. 3. Perles en cristal de roche

Fig. 4. Perles en verre monochrome

Fig. 4. Perles en verre monochrome

8Pour ce qui est des perles en verre, elles sont en grande quantité avec des formes, tailles et couleurs très variées (fig. 4). On reconnaît dans cette collection des caractéristiques de perles issues de différents ateliers du Sud de l’Inde et du Sud-est asiatique. Une première origine est attribuée aux Indiens. Il semble en effet que dès le iie siècle av. J.-C., des perles en verre ont été fabriquées en Inde selon la technique indigène la plus simple et la plus ancienne : l’« enroulage ». Pour l’Europe, les premières traces de fabrication de perles en verre ne remontent que vers le viie et viiie siècle de notre ère. Les premières manufactures se trouvaient en Italie à Venise, aux Pays-Bas, en Bohème et en Moravie (Dubin 1988) et ce sont les plus connues d’Europe pour la qualité de leur produit.

9Les techniques du travail du verre « enroulage » et « étirage » sont observées dans notre collection (fig. 5). Elles donnent des formes typiques : annulaire, disque circulaire, sphérique, tonnelet, cylindrique ; il est à noter que la qualité du verre dépend de la technique de transformation de la matière première nécessaire. En effet, l’état du verre varie selon le degré de la chaleur avec laquelle il est travaillé, la limite supérieure de température nécessaire à la fusion des éléments entrant dans la composition du verre se situe aux environs de 1600°C. Il existe trois types d’état de verre : verre opaque (habituellement appelé pâte de verre qui est, par la suite, travaillée et modelée à la main), verre translucide et verre transparent. Une première origine indienne des perles de Vohemar est attestée par l’abondance de perles rouges de verre opaque appelées mutisalah (fig. 6), typiques des ateliers de l’Inde ; elles constituent les 52% de l’ensemble de la collection. Ces perles s’identifient facilement par leur couleur virant au marron opaque désigné habituellement « rouge indien » et, d’après les documents, elles auraient été vendues à Sumatra dès le ier siècle avant J-C.

Fig. 5. Perles en verre étiré translucide

Fig. 5. Perles en verre étiré translucide

Fig. 6. Perles en verre opaque rouge indien

Fig. 6. Perles en verre opaque rouge indien

10Selon les études de Francis (1996), si l’atelier de verre le plus connu, Arikamédu à Pondichéry, en Inde, a été prospère jusqu’au ive siècle apr. J.-C., d’autres fabriques se sont déplacées vers le Sri Lanka, la Thaïlande et le Vietnam entre le Ier siècle et le vie siècle après J-C. D’autres ateliers dans le site de Maura-Jambi à Sumatra, Indonésie, et U-Thong en Thaïlande ont aussi produit des perles de type de « mousson » ou « indo-pacifique ». La même étude suppose que chaque atelier de fabrication a dû avoir ses propres aires de distribution. Ainsi, ce serait les fabricants de Mantai du Sri-Lanka, prospère du Ier siècle au xe siècle apr. J.-C., qui auraient ravitaillé le marché Est et Ouest africain. Par contre, les ateliers de Khuan Luk Pat de Thaïlande ont servi les pays du Sud-Est de l’Asie et, enfin, le centre de fabrication du Vietnam (iie siècle au vie siècle apr. J.-C.) a ravitaillé les cours de la Chine.

  • 2 Grâce à l’archéologue Wood de l’Université de Witwatersrand de Johannesburg (Afrique du Sud), nous (...)

11Identifiées comme « perles de mousson », une seconde origine de ces types de perles en verre pourrait être rattachée à l’aire de production d’Asie. Cette hypothèse est actuellement confirmée par de récentes analyses effectuées par Robertshaw2, sur une trentaine d’échantillons en provenance de Mahilaka, un site swahili du xe siècle (Radimilahy 1998) et deux perles de Sandrakatsy, ancien établissement humain sur la côte Est malgache, daté également du xe siècle (Wright & Fanony 1992). Des informations capitales ont été relevées concernant les foyers de provenance du verre identifiés grâce à la composition chimique du matériau. Deux types de verre ont été reconnus dans les collections malgaches et ils sont supposés avoir été utilisés aussi bien dans le Sud que dans le Sud-Est de l’Asie. Les périodes de circulation sont également avancées. Le verre à la soude minérale, premier type de verre, aurait circulé entre le xie et le xiiie siècle dans la région de Shashe-Limpopo et, jusqu’au xviisiècle, sur la côte orientale d’Afrique. Le second type, le verre à la soude d’origine végétale, est connu dans la région du Zimbabwe durant la période du xive jusqu’à la première moitié du xve siècle, mais a été déjà commercialisé dans le sud de l’Afrique entre le viiie et le milieu du xsiècle.

12Enfin, une troisième origine européenne est attribuée à quelques perles de Vohémar. Elles feront l’objet d’une étude future et à part.

Des zones de distribution aux marqueurs culturels

  • 3 Dans le courant du premier millénaire av. J.-C., on a découvert au Nigeria une figurine en terre cu (...)
  • 4 En Lybie et au Soudan, les sites du Néolithique supérieur sont datés de 10 000 avant J-C.

13Les résultats des fouilles archéologiques entreprises jusqu’ici sur les sites riverains de l’océan Indien et même à l’intérieur des terres comme en Afrique ont livré beaucoup de perles en pierre semi-précieuse et en verre provenant des aires de production ou de distribution évoquées plus haut. En observant les caractéristiques des perles découvertes dans les sites respectifs du Sud-ouest de l’océan Indien, on peut dire que, dès les premiers temps3 (Dubin 1987), la population désirait utiliser des objets de parure et avait exploité les matières premières à leur portée. Différents matériaux organiques du genre coquille, os, défense, dent, graine avaient été travaillés ; les plus anciennes perles découvertes au Soudan (datées du Néolithique supérieur) étaient taillées dans des coquilles d’autruche (Dubin 1987 : 122)4. Par la suite, la matière de fabrication évolua en terre cuite, puis en pierre dure ou tendre selon les régions. L’utilisation du métal (étain, fer, or) était aussi d’usage, surtout en Afrique occidentale. L’observation de ces parures en or de fabrication locale conduisit d’ailleurs les Européens à venir chercher ce métal dans cette partie du monde. Cette tradition de matière de fabrication fut préservée dans toute l’histoire de la manufacture des perles dans le monde entier.

14Les perles d’importation vinrent révolutionner les parures. Dès le vie siècle au moins, des cargaisons de perles commencèrent à venir en Afrique. On sait que, grâce aux échanges de matières premières contre des produits finis, plusieurs États devinrent puissants, à l’exemple de l’empire du Ghana (du viiie siècle au xie siècle), de l’empire du Mali (du xiie siècle au xiiisiècle) (ibid., p. 129). Les découvertes archéologiques dans ces divers empires avaient montré que les perles occupaient une place importante dans le commerce et dans la parure. Dans les anciennes ruines de Zimbabwe, de Beira, de Zanzibar, de Kilwa, de Dembeni dans l’archipel des Comores, les perles découvertes sont constituées de perles de moussons et d’autres perles en verre européen. Ces présences marquent ainsi l’emprise des commerçants arabes et européens qui troquaient l’or, l’ivoire contre des cotonnades, des perles de toutes sortes et des cauris qui leur servaient de monnaie.

Un héritage du réseau commercial dans l’océan Indien depuis le premier millénaire de notre ère

15En vue d’une étude comparative, un premier inventaire (non exhaustif) des sites de la côte orientale de l’Afrique dont les fouilles archéologiques ont livré des perles similaires à ceux des sites des côtes nord de Madagascar a été établi. Cet inventaire inclut les sites de Shanga, Manda, Kilwa et Kaole de la côte tanzanienne, dont l’étude comparative des mobiliers nous oriente vers un marqueur culturel.

16Le site de Shanga, comprenant des restes d’habitation, de mosquées et de sépultures (Horton 1996) révèle 21 niveaux d’occupation s’étalant de la deuxième moitié du viiie siècle jusqu’au milieu du xivsiècle. Les découvertes en perles sont surtout enregistrées au début du xie siècle où le verre abonde et le nombre de perles en agate, cornaline et en cristal de roche augmente. Horton qualifie cette période d’occupation de « later glass beads », caractérisée par la présence de plusieurs perles en verre étiré de couleur monochrome avec une plus grande fréquence du jaune (190), du vert (161) et puis du bleu (86), propriétés que nous retrouvons sur les perles en verre de Vohémar.

17Dans le site de Manda (Chittick 1984), une des îles de l’archipel de Lamu, la présence des perles témoigne bien du rôle prépondérant qu’elle a joué dans le commerce ancien avec le golfe Persique dès le ix-xe siècle. Les résultats des travaux ont mis en évidence six périodes successives d’installation humaine allant du milieu du ixe siècle au xviie siècle inclus. Les perles sont en majeure partie en verre, dont 74,1 % en verre étiré ; celles en pierre semi-précieuse, bien que rares, sont faites en cornaline (5), cristal de roche (5) et agate (2). Les couleurs dominantes sont également le jaune et le bleu pour la période contemporaine aux sépultures de Vohémar.

18Le site de Kilwa (Chittick), considéré comme une ville commerçante prospère vers la moitié du xiiie siècle, a vu son apogée au xive siècle grâce au commerce de l’or provenant de la Rhodésie (Zimbabwe et Monomotapa), entre autres, les villes de Sofala, Zanzibar et Pemba. Les perles en verre de type enroulé ou type étiré sont également nombreuses, près de 18 000 sur les deux phases d’occupation relevées : de 800 apr. J.-C. à la seconde moitié du xiie siècle, période désignée comme « pré-shirazi », et du début du xiiie siècle, dite « période des Shirazi », au déclin de Kilwa. Les couleurs sont très diversifiées : rouge indien, rouge translucide, bleu clair, bleu-cobalt, bleu-gris, blanc et noir.

19Les séquences archéologiques mises en évidence dans le site de Kilwa correspondent à une période d’occupation caractérisée par une importation en grand nombre de perles de type verre étiré, de perles en cornaline de l’Inde et de la fabrication locale de perles en aragonite. D’autres artefacts sont d’ailleurs associés à cet ensemble de mobilier : de la poterie islamique sgraffiato, des récipients en chloritoshiste venant probablement de Madagascar, de la poterie locale, une grande importation de poteries chinoises des dynasties Yan et Ming (bols à motifs de pétales de lotus). Une importation en masse de poteries bleu-blanc vers le xive siècle vient également s’ajouter à la poterie islamique vernissée jaune mat avec des dessins linéaires en noir venant d’Aden. On voit aussi apparaître le céladon (de larges bols et des jarres ouvertes), des récipients en verre (flacons, gobelets, fioles) pour garder du khol et des parfums. Tous ces éléments cités nous rapprochent de la culture matérielle de la nécropole de Vohemar.

20Les travaux de Chami intitulé The Tanzanian Coast in the First Millénum AD (1994) évoquent également la présence de ce marqueur culturel dans plusieurs sites et mettent en évidence le processus culturel qui s’est répandu sur la côte est de l’Afrique durant le premier millénaire de notre ère. À titre d’exemple, les ruines de Kaole, site portuaire comprenant plusieurs restes de construction (maisons d’habitation et sépultures), datés de 1400 EC à 1800 EC, livrent plusieurs perles dont l’étude a été confiée à Wood (2002). Des perles en cristal de roche, en cornaline, en rubis, accusent de grande ressemblance avec celles découvertes à Kilwa en période IIIa, période correspondant à la fin du xiiie jusqu’au début du xve siècle. Les perles en verre de technique étirée sont en majeure partie cylindrique, tandis que celles enroulées sont de forme biconique, parfois sphérique ou sphérique aplatie. Les couleurs sont blanc, noir, bleu, bleu-vert, vert, jaune, caractéristiques correspondant à celles des perles de Vohémar. La poterie importée islamique (sgraffiato) et la poterie chinoise ont été découvertes associées à ce mobilier.

Des marqueurs de la culture swahilie dans les îles de l’océan Indien

  • 5 La partie étude de perles a été rédigée par Morrison qui a également travaillé sur les perles du si (...)

21Horton (1986) donne le nom « couloir swahili » à la civilisation de Dembeni et Bagamoyo (Comores), sites travaillés par Allibert et Argant en 1984, avec celle des sites de la côte orientale d’Afrique comme Manda et Kilwa. Cette civilisation est caractérisée par la présence de perles en agate, quartz, cornaline de Cambay (Allibert & Vérin 1993) et des perles en verre en association avec de la poterie sassano-islamique, du sgraffiato, importés du golfe Persique, des poteries chinoises de type céladon, bleu et blanc, des fioles en verre d’Iran et d’Égypte. Dans le site de Dembeni, onze perles ont été mises au jour, dont sept en verre, trois en pierre semi-précieuse et une en coquillage. Comme pour Vohemar, la technique de verre étiré est identifiée sur certaines perles en verre, la couleur dominante étant le bleu vert. Selon Morrison5, qui a fait l’étude de ces matériaux, ces types de perle sont caractéristiques de nombreux sites islamiques en Afrique, particulièrement à Manda et à Siraf. Les perles en pierre semi-précieuse sont en agate avec des stries et en cristal de roche à six facettes et sont identiques en forme à celles découvertes à Manda, Kilwa, Mafia et Siraf, et à Vohemar. Par ailleurs, l’auteur souligne que dans cette collection de Dembeni, une perle dite « lobée » fait exception et ne se retrouve nulle part dans les sites de la côte orientale d’Afrique. C’est une perle noire en verre portant neuf lobes de couleur blanc opaque, avec une tâche de verre incolore entourée de cercle, et la période de circulation de ce type de perle est estimée antérieure à l’an 800.

22La campagne de fouille entreprise dans le site de Bagamoyo par Allibert et Argant n’a pas, non plus, livré beaucoup de perles. Seules deux perles en verre de couleur verte et bleue ont été collectées en surface ; leurs caractéristiques les font remonter à une séquence archéologique correspondante à celle de Vohemar (xiiie-xive siècle). Les auteurs signalent également la présence de morceaux de cristal de roche dans des tombes et en surface qu’ils associent à la découverte de morceaux de quartz importés pour la fabrication locale de perles dans l’archipel de Lamu (Chittick 1979).

23Enfin, la reconnaissance archéologique faite à Moheli par Chanudet et Vérin (1983) a livré quelques perles annelées en verre opaque de couleur rouge indien, mobilier découvert en abondance dans les sépultures de Vohemar, en association avec du verre bleu et blanc ainsi que des morceaux de pieds de marmite en chloritoschiste et également de la céramique importée.

Des pratiques funéraires communes en Afrique ?

24L’étude de Bernard Thierry sur les perles magiques de Madagascar (1959) a ouvert une piste de réflexion sur une éventuelle tradition commune dans l’utilisation des perles en cornaline, en quartz, en agate et en verre comme parures et mobiliers funéraires dans quelques pays d’Afrique. Par exemple, des fouilles effectuées dans des sépultures au Tchad, au Sénégal et au Sahara ont livré les mêmes types de perles. Plus particulièrement, les travaux entrepris par Griaule et Lebeuf (1948) dans des tombes du cimetière de Sao (Tchad), lieu de sépulture des communautés qui y ont vécu entre le milieu de xvie et le milieu du xixe siècle, ont livré beaucoup de mobilier funéraire identique à celui de la nécropole de Vohemar. Des perles en cornaline, d’autres en pâte de verre, des objets en alliage cuivreux et des bijoux sont présents dans les tombes de Sao. Holl (1990) qui a repris les travaux d’étude pense que l’accumulation de ces biens traduit la position sociale du mort, la tombe du plus riche pouvant contenir jusqu’à 174 perles en cornaline, une perle en terre cuite, 9 objets en cuivre et autres. Les fouilles de Mauny au Bas-Sénégal dans des tumuli (1949) fournissent également les mêmes mobiliers. Malheureusement, les études comparatives n’ont pas été reprises depuis et laissent la problématique sans suite.

    

25Il ressort de l’étude des perles de Vohemar que cette culture matérielle s’est tissée à travers les échanges commerciaux effectués dans le bassin de l’océan Indien à partir du viiie siècle de notre ère. La différence de fréquences de perles selon les périodes consécutives dans les sites étudiés nous ramène vers une réflexion sur l’intensité et la participation de ceux-ci aux échanges commerciaux au niveau de l’océan Indien. De même, l’étude des caractéristiques de perles permet de reconnaître leur origine, marqueur facilitant l’identification des réseaux de commerce existant, les aires de production et de distribution.

26Il reste toutefois beaucoup à faire dans l’étude des origines des perles. La multiplication d’analyses chimiques d’échantillons provenant des sites de l’océan Indien comme Vohémar apportera plus de précisions quant aux caractéristiques du verre. La démarche comparative est alors requise avec les résultats des travaux entrepris par les chercheurs, entre autres, Wood (2000) et Dussibieux (2001), qui donnent des informations importantes sur les composantes et les éléments traces du verre de chaque foyer de fabrication.

  • 6 À paraître dans le prochain numéro de la revue Studies in the African Past.

27Il n’est pas non plus à prouver que les perles sont des marqueurs d’une culture ancienne, qui, pour Vohemar, est à jamais oubliée, mais que l’archéologie a fait renaître. La présente étude a donc essayé de faire un survol rapide des pratiques culturelles et sociales de quelques sites de l’océan Indien autour des perles. L’étude que nous avons entreprise intitulée « Approche ethnoarchéologique des perles des sites de Madagascar »6 traite de l’utilisation des perles en tant que mobilier funéraire, objets de rituel, parure et leur signification. Elle réfléchit surtout sur la continuité de ces pratiques dans les populations traditionnelles. L’approche est également basée sur des enquêtes relatives à l’origine des choix, au transfert des connaissances, aux modes de distribution et d’utilisation des perles. Cette approche renforce l’idée de l’interdépendance de l’archéologie et de l’anthropologie culturelle dans l’océan Indien (Allibert 2002). En effet, par l’exemple de Mayotte, l’auteur s’interroge sur la fonction des perles dans les pratiques magico-religieuses spécifiques à cette culture et que nous retrouvons encore très vivaces dans les pays africains et à Madagascar (Rasoarifetra 2005-2006). Ce domaine reste encore inexploité alors qu’il constitue un des fondements de patrimoine immatériel de l’océan Indien et mérite une plus profonde investigation.

Haut de page

Bibliographie

Allibert C., 1988, « Les contacts entre l’Arabie, le golfe Persique, l’Afrique orientale et Madagascar. Confrontation des documents écrits, des traditions orales et des données archéologiques récentes. L’Arabie et ses mers bordières », Travaux de la Maison de l’Orient, no 16, p. 111-126.

Allibert C., 2002, « L’interdépendance de l’archéologie et de l’anthropologie culturelle dans l’océan Indien occidental. L’exemple de Mayotte », Études océan Indien, no 33-34, p. 11-31

Allibert C. & Argant A. et J., 1983a,  Le site de Bagamoyo (Mayotte) », Études océan Indien, no 2, p. 5-40.

Allibert C. & Argant A. et J., 1983b, « Le site de Dembeni (Mayotte, archipel des Comores) », avec contribution de F. de Broin, M. Gayet et H. Morrison, Études océan Indien, no 11, p. 63-172.

Allibert C. & Vérin P., 1993, « Les Comores et Madagascar, le premier peuplement », Archaeologia, no 290, p. 74.

Beck H.C., 1928, Classification and Nomenclature of Beads and Pendants, communicated to the Society of Antiquaries, Oxford, 5 p.

Bernard-Thierry S., 1957, « Inventaire des perles de fouille à Madagascar », Bulletin de l’Académie malgache (Antananarivo), no 37, p. 101-141.

Bernard-Thierry S., 1959, « Perles magiques à Madagascar », Journal de la Société des africanistes, t. 29, fasc. 1, p. 33-90.

Chittick N., 1974, Kilwa, an Islamic Trading City on the East African Coast, 2 vol., Nairobi, The British Institute in Eastern Africa, memoir 5.

Chittick N., 1984, Manda, Escavations at an Island Port on the Kenya Coast, Nairobi, The British Institute in Eastern Africa, memoir 9.

Dubin L.S., 1988, Histoire des perles de la préhistoire à nos jours, Paris, Nathan, 364 p.

Dussubieux L., 2001, L’apport de l’ablation laser couplée à la caractérisation des verres : application des verres archéologiques de l’océan Indien, Thèse de doctorat, Université d’Orléans.

Francis P., 1996, “Bead, the bead trade and state develpment in Southeast Asia”, Ancient Trades and Cultural Contact in Southeast Asia, pp. 139-152.

Gaudebout P. & Vernier E., 1941, « Notes sur une campagne de fouilles à Vohémar, Mission Rasikajy », Bulletin de l’Académie algache, n.s., xxiv, p. 100-114.

Holl A., 1990, « Apprivoiser la mort, s’approprier d’espace : les cimetières comme enjeu », dans : C. Baroin et al., Mort et rites funéraires dans le bassin du lac Tchad, séminaire du Réseau Mega Tchad, Bondy, Orstom, sept.

Horton M., 1996, Beads and Bead-Making. Shanga. The Archaelogy of a Muslim Trading Community on the Coast of East Africa, Nairobi, The British Institute in Eastern Africa, memoir, memoir 14, pp. 323-336.

Radimilahy C., 1998, “Mahilaka, An archaeological investigation of an early town in northwestern Madagascar, Studies in African Archaeology 15, Uppsala.

Rasoarifetra B., 2000, Contribution à l’étude des perles des sites archéologiques du deuxième millénaire AD, Nord de Madagascar, Université d’Antananarivo, Faculté des lettres et sciences humaines, Département de civilisations.

Rasoarifetra B., 2003, « Essai de typologie des perles des sites archéologiques du Nord de Madagascar », Studies in the African Past (Dar Es Salaam, University Press), no 3, p. 169-188.

Robertshaw P. et al., 2006, “Chemical analysis of glass beads in Madagascar”, Journal of African Archaeology, vol. 4 (1), pp. 91-109.

Van-Der-Sleen W.G., 1990, « Observations sur les perles de Madagascar et de l’Afrique orientale », Taloha (Antananarivo, Institut de civilisations / Musée d’art et d’archéologie), no 2 (Arabes et islamisés à Madagascar et dans l’océan Indien), rééd., p. xi-xv.

Vérin P., 1971, « Note sur les collections de Vohémar », Taloha (Antananarivo, Institut de civilisations / Musée d’art et d’archéologie), n5, p. 225-228.

Vérin P., 1972, Histoire ancienne du Nord-Ouest de Madagascar, Taloha (Antananarivo, Institut de civilisations / Musée d’art et d’archéologie), no 5, 174 p.

Vernier E. & Millot J., 1971, Archéologie malgache. Comptoirs musulmans, Paris, Publication du Musée de l’Homme, 177 p.

Wood M., 2000, ”Making connections: relationships between international trade and glass beads from the Shashe-Limpopo area”, South African Archaeological Society Goodwin, series 8, pp. 78-80.

Haut de page

Notes

1 Chiffre approximatif, car une grande partie des perles en verre sont de taille minuscule.

2 Grâce à l’archéologue Wood de l’Université de Witwatersrand de Johannesburg (Afrique du Sud), nous avons pu envoyer des perles aux États-Unis pour qu’elles y soient analysées.

3 Dans le courant du premier millénaire av. J.-C., on a découvert au Nigeria une figurine en terre cuite portant des perles en pierre.

4 En Lybie et au Soudan, les sites du Néolithique supérieur sont datés de 10 000 avant J-C.

5 La partie étude de perles a été rédigée par Morrison qui a également travaillé sur les perles du site de Manda.

6 À paraître dans le prochain numéro de la revue Studies in the African Past.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Perles en cornaline facettée
URL http://oceanindien.revues.org/docannexe/image/1266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 2. Perles en cornaline tubulaire facettée et perle tubulaire en or
URL http://oceanindien.revues.org/docannexe/image/1266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 3. Perles en cristal de roche
URL http://oceanindien.revues.org/docannexe/image/1266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 4. Perles en verre monochrome
URL http://oceanindien.revues.org/docannexe/image/1266/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5. Perles en verre étiré translucide
URL http://oceanindien.revues.org/docannexe/image/1266/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 6. Perles en verre opaque rouge indien
URL http://oceanindien.revues.org/docannexe/image/1266/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bako Rasoarifetra, « Les perles de Vohémar, origine et marqueurs culturels », Études océan Indien, 46-47 | 2011, 178-193.

Référence électronique

Bako Rasoarifetra, « Les perles de Vohémar, origine et marqueurs culturels », Études océan Indien [En ligne], 46-47 | 2011, mis en ligne le 03 mars 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://oceanindien.revues.org/1266 ; DOI : 10.4000/oceanindien.1266

Haut de page

Auteur

Bako Rasoarifetra

Articles du même auteur

  • Recipes from the past [Texte intégral]
    Highland textile dyes in 19th century Merina sources, with a translation of passages from the “Ombiasy‟s manuscript”
    Article 5
    Paru dans Études océan Indien, 42-43 | 2009
Haut de page