Skip to navigation – Site map

Le CROIMA

Le centre de recherche sur l'océan Indien occidental et le monde austronésien

Il est dirigé par : Narivelo RAJAONARIMANANA, Professeur de Universités, narivelo.najaonarimanana@inalco.fr
Le monde austronésien s’étend des confins africains (Madagascar) à l’île de Pâques, ce qu’atteste la proximité de la donne linguistique (par exemple la numération en javanais – la plus importante langue régionale de l’Indonésie en termes de locuteurs, près de 100 millions – est très proche de celle du malgache), anthropologique (pratique des doubles funérailles à Madagascar, Indonésie et Philippines).
Une approche comparatiste et pluridisciplinaire des sociétés de cette vaste aire linguistique devrait ainsi permettre de confronter les acquis de recherches passées (linguistiques, anthropologiques, historiques et archéologiques) encore éparses pour mieux comprendre les modalités de la diffusion des cultures austronésiennes dans le temps et dans l’espace ; et, sur cette base, de proposer un nouveau faisceau d’hypothèses.

Le CROIMA est le prolongement du CEROI (Centre d’Études et de Recherche sur l’Océan Indien occidental EA1439) et s’occupe également des territoires riverains de l’Océan Indien occidental, soit Madagascar, la République islamique des Comores, Mayotte, les Mascareignes et la côte orientale d’Afrique.

Ses principaux axes de recherche

La personne dans les sociétés austronésiennes : composition de la personne, ancestralité, possession et shamanismes. Cet axe vise à étudier et à comparer les notions d’ancêtres et de double (corps, souffle, principe de vie, etc.) dans les sociétés du monde austronésien. L’échange entre les vivants et les ancêtres y est quotidien tout en se manifestant davantage lors des rituels. Il s’agit de comprendre la possession à Madagascar et le shamanisme ailleurs, en tant que système de pensée d’une société : l’officiant n’est pas seul acteur du rituel, ou du shamanisme, il est, au contraire, lié aux autres dans les relations sociales.
Responsable : Élisabeth Luquin

Histoire lexicale des langues austronésiennes :
La formation du vocabulaire d’une langue (mots empruntés, hérités, crées, etc.) est un objet d’étude à la fois théorique (morphologie constructionnelle, sémantique lexicale) et pratique qui aboutira à un dictionnaire comparé des langues kalinga, ilokano, malgache, malais, minangyan, tagalog, cebuano (plus des langues du Pacifique) et à une lexiculture des mots clés de la culture courante partagée (Robert Galisson) par les populations de cet ensemble austronésien (ex. termes issus des représentations sociologiques telles que les composantes de la personne, les entités, les rituels, les mythes et le cosmos, termes se référant à la culture matérielle,….).
Responsable : Narivelo Rajaonarimanana

Littérature et société dans l’espace austronésien :
Il s’agit tout d’abord d’établir l’état des lieux de cette littérature en évaluant l’importance numérique des écrits littéraires en langues nationales ou vernaculaires par rapport aux productions en langues européennes (français, anglais, néerlandais…).
Ensuite, il faut analyser les rôles joués par ces productions littéraires (orales et écrites) avant et après les périodes coloniales respectives (transmission des traditions, adaptation des traditions, et surtout construction identitaire et préservation de l’identité nationale…).
Responsable : Tiana Nirhy-Lanto

Migrations austronésiennes dans le temps et l’espace :
Les migrations austronésiennes, parfaitement confirmées par les études linguistiques, ont eu leur point d’origine à Taïwan, il y a plusieurs milliers d’années. Deux voies principales ont été prises, l’une vers le Pacifique et le monde océanien, l’autre vers l’océan Indien jusqu’à Madagascar et sans doute les Comores. Si les aires d’extension sont connues, en revanche, les époques auxquelles eurent lieu ces différents mouvements et leurs points de départ font l’objet de recherches fondées sur les traditions orales, l’archéologie et les apports historiques des populations qui les ont visitées ou en ont reçu la visite.
Responsable : Claude Allibert